Accueil
Il n’en restera pas pierre sur pierre" (Lc 21, 5-11)
Partager

Il n’en restera pas pierre sur pierre" (Lc 21, 5-11)

Un article rédigé par Antoni Sébastien (Père) (59159) - RCF, le 28 novembre 2023  -  Modifié le 28 novembre 2023
Prière du matin "Il n’en restera pas pierre sur pierre" (Lc 21, 5-11)

"Il n’en restera pas pierre sur pierre"

 

Méditation de l'évangile (Lc 21, 5-11) par le père sébastien Antoni

 

Chant final: "Je me confie en toi" par l'école Pierre

David-Zawila-UNSPLASH David-Zawila-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    comme certains parlaient du Temple,
des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient,
Jésus leur déclara :
    « Ce que vous contemplez,
des jours viendront
où il n’en restera pas pierre sur pierre :
tout sera détruit. »
    Ils lui demandèrent :
« Maître, quand cela arrivera-t-il ?
Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? »
    Jésus répondit :
« Prenez garde de ne pas vous laisser égarer,
car beaucoup viendront sous mon nom,
et diront : “C’est moi”,
ou encore : “Le moment est tout proche.”
Ne marchez pas derrière eux !
    Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres,
ne soyez pas terrifiés :
il faut que cela arrive d’abord,
mais ce ne sera pas aussitôt la fin. »

    Alors Jésus ajouta :
« On se dressera nation contre nation,
royaume contre royaume.
    Il y aura de grands tremblements de terre
et, en divers lieux, des famines et des épidémies ;
des phénomènes effrayants surviendront,
et de grands signes venus du ciel. »

Source : AELF

Méditation Père Sébastien Antoni

 Si quelqu'un nous pousse à sortir de notre zone de confort, c'est bien Jésus. Un jour, des gens discutent de la décoration du Temple, de ses magnifiques chandeliers, de ses dorures, de ses étoffes, et de ses vitraux. Oups j’ai glissé sur une décoration que le Temple ne devait pas offrir… petit clin d’œil pour comprendre que peut-être ces discussions stériles n’ont pas tout à fait disparu de nos églises… Ah la la l a les réflexes humain ont la peau dur, même pour les croyants… Mais Jésus les ramène et nous ramène à la réalité à ce qui compte vraiment en disant : "Un jour, tout cela sera détruit." Son avertissement résonne encore aujourd'hui. Jésus nous invite à marcher, à être des nomades, tout comme notre ancêtre Abraham. Même lorsqu'il parle de la fin des temps, il la place toujours devant nous. Les gens l'écoutent et lui demandent : "Quand est-ce que cela arrivera ? Quels signes devons-nous surveiller ?" Jésus décrit une fin qui semble sans fin, reculant à mesure que l'on s'en rapproche. Il dit que ceci se passera, "mais ce ne sera pas encore la fin" ; "avant cela", d'autres choses se produiront… En résumé, cette histoire de destruction c'est imminent, mais cela ne se produit jamais vraiment. C'est comme s'il nous encourageait à continuer à chercher le sens, la vie, à vivre… plutôt que de nous installer en gardiens de certitudes, de réponses toutes faites et d'objets précieux, aussi dorés et argentés soient-ils. Pour un chrétien, la liturgie qui on le sait cristallise tant de tensions pour certains, n'est pas un rassemblement de gardiens ou de conservateurs de musée. La liturgie et la prière dans le Temple hier, et dans nos églises aujourd'hui, nous poussent à lever la tête, à avoir soif de Dieu, à être en attente de Sa présence et à nous réjouir des signes de Sa venue, bref à regarder en haut et devant plutôt que derrière et en bas ! La liturgie est comme une eau vive qui irrigue et abreuve, et non une eau stagnante où comme dans toutes les eaux stagnantes s’accumulent la vase et la puanteur, où l’on ne pêche que des poissons morts. Croire requiert de l'audace, de la vie, de l'espérance, en un mot, de la confiance. Voilà ce que Jésus nous promet et nous invite à contempler. La foi nous encourage à vivre dans le moment présent, à répondre à l'appel de Dieu, faisant de notre vie une histoire en constante évolution dans la confiance, sans crainte ni fixation sur les vieux souvenirs d'un monde révolu ou d’une Eglise parfumée à la naphtaline.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don