Accueil
"Il faut que le Fils de l’homme soit élevé " (Jn 3, 13-17)
Partager

"Il faut que le Fils de l’homme soit élevé " (Jn 3, 13-17)

Un article rédigé par Pasteur Jean-Pierre Sternberger (50973) - RCF, le 14 septembre 2022  -  Modifié le 14 septembre 2022
Prière du matin "Il faut que le Fils de l’homme soit élevé " (Jn 3, 13-17)

"Il faut que le Fils de l’homme soit élevé "

Méditation de l'évangile (Jn 3, 13-17) par le pasteur Jean Pierre Sternberger

Chant final: "Jésus tu es élévé au dessus de tout" par Emmanuel Encounter

michal-bielejewski-UNSPLASH michal-bielejewski-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jésus disait à Nicodème :
    « Nul n’est monté au ciel
sinon celui qui est descendu du ciel,
le Fils de l’homme.
    De même que le serpent de bronze
fut élevé par Moïse dans le désert,
ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé,
    afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle.
    Car Dieu a tellement aimé le monde
qu’il a donné son Fils unique,
afin que quiconque croit en lui ne se perde pas,
mais obtienne la vie éternelle.
    Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde,
non pas pour juger le monde,
mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.

Source : AELF

Méditation Pasteur J.P. Sternberger

Dans le commentaire qu’il propose du récit de la rencontre de Jésus et Nicodème, l’auteur du quatrième évangile va trouver dans les Écritures d’Israël un sens à ce qui à première vue n’en avait pas : la mort sous la torture de la croix de Jésus de Nazareth.

Jésus, il l’appelle ici Fils de l’humain, ce qui renvoie au chapitre 7 du livre de Daniel. Là, après avoir évoqué derrière les masques de bêtes cruelles et redoutables les empires assyriens, babyloniens, perses, héllénistiques maîtres pendant des siècles du Proche Orient, là est annoncé qu’enfin un humain, un fils de l’humain, viendra juger le monde. Pour l’évangéliste, cet humain c’est Jésus, qui devait juger les empires. Mais il fut lui-même condamné, mis à mort par les soldats de Rome.

Alors, à nouveau, l’évangéliste ouvre les Écritures pour lire cette fois, au livre des Nombres l’épisode où Moïse sauve les hébreux mordus par des serpents au moyen d’un serpent en cuivre, fixé au bout d’un baton. Tous ceux qui levèrent les yeux vers lui furent, dit-on, guéris. Le serpent annoncé par Moïse, dit l’évangéliste ce sera le Christ. Et sur la base de ces textes anciens il commente : Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour le juger mais pour le sauver.

Ô Jésus, elle est insupportable la vision de ta croix. On croirait y voir la victoire de l’empire et du serpent. Mais c’est par elle que nous est dite ta victoire et le salut du monde.

amen

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Prière du matin

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don