Accueil
Dans la foi, le doute est-il permis ?
Partager

Dans la foi, le doute est-il permis ?

Un article rédigé par Véronique Alzieu - RCF,  -  Modifié le 3 mai 2021
Halte spirituelle, l'intégrale Dans la foi, le doute est-il permis ?
Peut-on être croyant et en même temps douter ? La foi n’est-elle que certitudes ou se conjugue-t-elle avec une part d’inconnu qui nous laissera toujours démunis façe à certaines questions?
Wiki Commons - Thomas l'incrédule - Caravage Wiki Commons - Thomas l'incrédule - Caravage

Le grand spirituel Marcel Légaut disait à propos du doute "qu'il permet d'échapper à l'esclavage d'une pensée toute faite".
Dans son ouvrage "Otez moi d'un doute" publié chez Salvator, Michel Sauquet fait l'éloge de ce sentiment qui nous habite tous et qui peut nous renforcer ou nous faire vaciller : le doute. Il est l'invité de Veronique Alzieu.
 

Le doute : une science humaine ?

L'Homme n'aime pas l'incertitude. Cette affirmation est encore plus vraie après l'année de crise sanitaire que nous venons de vivre et les réponses peu claires que nous a apporter la science pour y remédier.

Michel Sauquet reprend quelques lignes d'un éditorial de Laurent Joffrin publié en mai 2020 qui disait "comme tout un chacun devant l'inconnu, les savants tâtonnent, avancent des hypothèses que la réalité dément plus tard, suivent des fausses pistes ou s'égarent parfois dans le dédale des études, c'est la règle de la recherche". Pas simple pour les Hommes que nous sommes d'accepter que la science ne nous donne pas de réponses en cette période. 
 

Le doute : la meilleure et la pire des choses 

Douter, tout un art. Il peut être risqué de toujours remettre tout en question. Car croire, faire confiance, s'abandonner sont des éléments importants pour se construire, pour avancer. Douter en permanence c'est s'éloigner de la vérité. À l'inverse ne pas douter, c'est passé à côté du monde pluriel qui nous entoure et de l'approfondissement de nos croyances. "D'une certaine manière, l'incertain c'est notre condition humaine. C'est comme ça que Dieu nous a voulu, incertain, toujours à l'affût,en recherche, jamais confortable, jamais confortablement installé devant nos certitudes" partage Michel Sauquet.

Pour autant le doute n'est pas une forme de nihilisme pour l'historien , pour lui "c'est un petit peu comme la langue d'Ésope, le meilleur et la pire des choses. Le doute ça peut être pervers, il est à la source de tous les complotismes. Le doute peut enferme tout autant que les certitudes".

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don