Accueil
"Ce qui est à César, rendez-le à César, et à Dieu..." (Mc 12,13-17)
Partager

"Ce qui est à César, rendez-le à César, et à Dieu..." (Mc 12,13-17)

Un article rédigé par Père François Lestang (50793) - RCF, le 6 juin 2023  -  Modifié le 6 juin 2023
Prière du matin "Ce qui est à César, rendez-le à César, et à Dieu..." (Mc 12,13-17)

"Ce qui est à César, rendez-le à César, et à Dieu ce qui est à Dieu"

 

Méditation de l'évangile (Mc 12, 13-17) par le père François Lestang

 

Chant final: "Dieu seul suffit" par le Chœur du Séminaire Français de Rome

David-Zawila-UNSPLASH David-Zawila-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
on envoya à Jésus des pharisiens et des partisans d’Hérode
pour lui tendre un piège en le faisant parler,
et ceux-ci vinrent lui dire :
« Maître, nous le savons : tu es toujours vrai ;
tu ne te laisses influencer par personne,
car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens,
mais tu enseignes le chemin de Dieu selon la vérité.
Est-il permis, oui ou non,
de payer l’impôt à César, l’empereur ?
Devons- nous payer, oui ou non ? »
Mais lui, sachant leur hypocrisie, leur dit :
« Pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ?
Faites-moi voir une pièce d’argent. »
Ils en apportèrent une,
et Jésus leur dit :
« Cette effigie et cette inscription,
de qui sont-elles ?
– De César », répondent-ils.
Jésus leur dit :
« Ce qui est à César, rendez-le à César,
et à Dieu ce qui est à Dieu. »
Et ils étaient remplis d’étonnement à son sujet.

Source : AELF

Méditation Père François Lestang

Qui sont-ils, ceux qui veulent mettre Jésus à l’épreuve ? Il y a des pharisiens, ceux qui veulent, par l’étude de la Loi, permettre à tout le peuple d’aimer Dieu de tout son cœur, de toute sa force. Ils sont à la fois proches de Jésus et opposés à ses lectures de la Torah, comme on l’a vu tout au long de l’évangile ; ils sont particulièrement attentifs à la pureté, ce qui les amène à se séparer de ceux qu’ils considèrent comme des pécheurs.

Très vite dans l’évangile de Marc, après la guérison d’un homme à la main desséchée un jour de sabbat, pour chercher à faire périr Jésus, ils se sont associés aux Hérodiens. Ceux-ci sont définis par une allégeance politique aux souverains en place, ces rois qui pourraient se sentir menacés par la venue d’un nouveau Royaume, comme celui que Jésus annonce au nom de Dieu.

C’est précisément cette proximité avec Dieu qui est interrogée ici, à propos du paiement de l’impôt à la puissance occupante. Si Jésus acquiesce, il est un allié des Romains ; s’il refuse, il est un rebelle. Mais voilà que Jésus, apparemment, n’a pas un sou en poche, puisqu’il demande qu’on lui apporte une de ces pièces d’argent qui servent au paiement de l’impôt impérial ; ses interlocuteurs, eux, en disposent. Qui donc est l’allié des Romains, sinon celui qui porte sur lui, jusque dans le Temple, l’image gravée d’un homme ?

Comme au temps de la guérison de l’homme à la main desséchée, les adversaires de Jésus restent bouche bée, remplis d’étonnement, et pris au piège de leurs contradictions. Jésus, lui, appelle à une double restitution des biens confiés, tant par Dieu que par les autorités impériales, pour se comporter en intendants et pas en maîtres, ce qui était la faute des vignerons homicides dans la parabole qui précède notre évangile de ce jour.

Seigneur, tu connais ma vie, tant spirituelle que matérielle. Apprends-moi à te rendre grâce, apprends-moi à rendre ce qui est juste, et apprends-moi surtout à aller au-delà de ce qui est juste, pour manifester quel Dieu tu es, toi mon Père.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don