Accueil
"Aux autres villes aussi, il faut que j’annonce la Bonne Nouvelle..."Lc4,38-44
Partager

"Aux autres villes aussi, il faut que j’annonce la Bonne Nouvelle..."Lc4,38-44

Un article rédigé par Jean-Marie Petitclerc (50913) - RCF, le 31 août 2022  -  Modifié le 31 août 2022
Prière du matin "Aux autres villes aussi, il faut que j’annonce la Bonne Nouvelle..."Lc4,38-44

"Aux autres villes aussi, il faut que j’annonce la Bonne Nouvelle, car c’est pour cela que j’ai été envoyé"

Méditation de l'évangile (Lc 4, 38-44) par le père Jean-Marie Petitclerc

Chant final: "Je viens vers toi" par le Choeur Signun Crucis

michal-bielejewski-UNSPLASH michal-bielejewski-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ce temps-là,
    Jésus quitta la synagogue de Capharnaüm
et entra dans la maison de Simon.
Or, la belle-mère de Simon
était oppressée par une forte fièvre,
et on demanda à Jésus de faire quelque chose pour elle.
    Il se pencha sur elle,
menaça la fièvre, et la fièvre la quitta.
À l’instant même, la femme se leva
et elle les servait.

    Au coucher du soleil,
tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses infirmités
les lui amenèrent.
Et Jésus, imposant les mains à chacun d’eux,
les guérissait.
    Et même des démons sortaient de beaucoup d’entre eux en criant :
« C’est toi le Fils de Dieu ! »
Mais Jésus les menaçait et leur interdisait de parler
parce qu’ils savaient, eux, que le Christ, c’était lui.

    Quand il fit jour, Jésus sortit
et s’en alla dans un endroit désert.
Les foules le cherchaient ;
elles arrivèrent jusqu’à lui,
et elles le retenaient pour l’empêcher de les quitter.
    Mais il leur dit :
« Aux autres villes aussi,
il faut que j’annonce la Bonne Nouvelle du règne de Dieu,
car c’est pour cela que j’ai été envoyé. »
    Et il proclamait l’Évangile
dans les synagogues du pays des Juifs.

Source : AELF

Méditation Père Jean-Marie Petitclerc

              Il m’est arrivé, à plusieurs reprises, de rencontrer des ministres, des PDG de grandes entreprises, aux agendas surbookés, capables, au milieu d’une activité débordante, de libérer du temps pour se rendre disponibles à un proche gravement malade.

              Voici donc que Jésus, pourtant accaparé par l’urgence de la mission tant ils sont nombreux à se presser autour de lui pour qu’il les guérisse, fait un détour par la maison de Pierre, prend le temps d’aller visiter la belle-mère de son ami qui gardait le lit. À ce propos, j’ouvre une petite parenthèse. À l’heure où la question de l’ordination d’hommes mariés a resurgi dans les débats synodaux, il fait bon rappeler que notre premier pape, St Pierre, était un homme marié, puisqu’il est question ici de la relation attentionnée d’un gendre vis-à-vis de sa belle-mère. Mais refermons cette parenthèse pour reprendre le cours du récit, et arrêtons-nous sur ce visage de Jésus qui se penche avec tendresse sur cette femme malade… et voici que la fièvre la quitte, et, aussitôt debout, elle reprend son service. La halte est de courte durée, et Jésus reprend son alternance entre temps de désert, où il prie, et temps de mission, où il guérit. Et il sent très fort le désir d’aller plus loin, en sortant de ses zones de confort. « Aux autres villes aussi, il faut que j’annonce la bonne nouvelle du royaume de Dieu, car c’est pour cela que j’ai été envoyé. » Cette parole évangélique est à la source de l’appel de notre pape François, invitant les chrétiens à rejoindre les périphéries et demandant à l’Église de devenir un hôpital de campagne.

              Puissions-nous, à l’aube de ce nouveau jour, être nous aussi capables de sortir de notre zone de confort pour partir à la rencontre de ceux qui sont à la périphérie !

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don