Accueil
"Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en ..." (Mt 28, 8-15)
Partager

"Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en ..." (Mt 28, 8-15)

Un article rédigé par Millevoye Bruno (Père) (54961) - RCF, le 18 avril 2022  -  Modifié le 18 avril 2022
Prière du matin "Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en ..." (Mt 28, 8-15)

"Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront"

Méditation de l'évangile (Mt 28, 8-15) par le père Bruno Millevoye

Chant final: "Ô ma joie, Christ est ressuscité" par Frère Jean-Baptiste

alexandra-seinet alexandra-seinet

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange,
vite, elles quittèrent le tombeau,
remplies à la fois de crainte et d’une grande joie,
et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.
Et voici que Jésus vint à leur rencontre
et leur dit :
« Je vous salue. »
Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds
et se prosternèrent devant lui.
Alors Jésus leur dit :
« Soyez sans crainte,
allez annoncer à mes frères
qu’ils doivent se rendre en Galilée :
c’est là qu’ils me verront. »
Tandis qu’elles étaient en chemin,
quelques-uns des gardes allèrent en ville
annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.
Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens
et avoir tenu conseil,
donnèrent aux soldats une forte somme
en disant :
« Voici ce que vous direz :
“Ses disciples sont venus voler le corps,
la nuit pendant que nous dormions.”
Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur,
nous lui expliquerons la chose,
et nous vous éviterons tout ennui. »
Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions.
Et cette explication s’est propagée chez les Juifs
jusqu’à aujourd’hui.

Source : AELF                    

Méditation Père Bruno Millevoye

Parce que l’ange leur a annoncé que Jésus n’était pas ici mais qu’il est ressuscité comme il l’avait dit, Marie de Magdala et l’autre Marie sont remplies à la fois de crainte et de joie.

La crainte les retient en même temps qu’elle les tient en présence de Dieu : « Venez, mes fils, écoutez-moi, que je vous enseigne la crainte du Seigneur. » nous fait entendre le psalmiste. (Ps33, 12)

Et encore : « Le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ? Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ? » (Ps26, 1)

Elles sont emportées à la rencontre de Jésus. Il peut alors leur enseigner le chemin de la joie.

Quel est-il ? « Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée. » L’annonce est le chemin de la joie parce qu’il mène au Christ. En Galilée comme en tout pays, il nous précède dans la mesure où nous allons à lui. La rencontre est possible, source de joie.

Nous n’échapperons pas à la crainte que provoque le monde qui le refuse. Mais ne jugeons pas pour ne pas être à notre tour jugé. Laissons-nous seulement conduire par la joie mêlée de crainte. C’est ainsi que sans cesse, nous prenons conscience que Jésus vient à notre rencontre et qu’il nous salue comme il a salué Marie de Magdala et l’autre Marie. Elles se sont prosternées devant lui. Ne craignons pas. Cette attitude aussi est source de joie.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don