Accueil
"À vous il est donné de connaître les mystères du royaume ..." (Mt 13, 10-17)
Partager

"À vous il est donné de connaître les mystères du royaume ..." (Mt 13, 10-17)

Un article rédigé par Père Emmanuel Pic (50916) - RCF, le 27 juillet 2023  -  Modifié le 27 juillet 2023
Prière du matin "À vous il est donné de connaître les mystères du royaume ..." (Mt 13, 10-17)

"À vous il est donné de connaître les mystères du royaume des Cieux, mais ce n’est pas donné à ceux-là"

 

Méditation de l'évangile (Mt 13, 10-17) par le père Emmanuel Pic

 

Chant final: "je veux voir dieu" par la Famille Sabatier

michal-galezewski-UNSPLASH michal-galezewski-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
    les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent :
« Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? »
    Il leur répondit :
« À vous il est donné de connaître
les mystères du royaume des Cieux,
mais ce n’est pas donné à ceux-là.
    À celui qui a, on donnera,
et il sera dans l’abondance ;
à celui qui n’a pas,
on enlèvera même ce qu’il a.
    Si je leur parle en paraboles,
c’est parce qu’ils regardent sans regarder,
et qu’ils écoutent sans écouter ni comprendre.
    Ainsi s’accomplit pour eux la prophétie d’Isaïe :
Vous aurez beau écouter, vous ne comprendrez pas.
Vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas.
    Le cœur de ce peuple s’est alourdi :
ils sont devenus durs d’oreille,
ils se sont bouché les yeux,
de peur que leurs yeux ne voient,

que leurs oreilles n’entendent,
que leur cœur ne comprenne,
qu’ils ne se convertissent,
– et moi, je les guérirai.

    Mais vous, heureux vos yeux puisqu’ils voient,
et vos oreilles puisqu’elles entendent !
    Amen, je vous le dis :
beaucoup de prophètes et de justes
ont désiré voir ce que vous voyez,
et ne l’ont pas vu,
entendre ce que vous entendez,
et ne l’ont pas entendu. »

Source : AELF

Méditation Père Emmanuel Pic

Le ministère public de Jésus n’a pas duré longtemps. Il s’est déroulé dans le périmètre très restreint de la Galilée et de la Judée. Dans ce court laps de temps, dans cet espace minuscule, il a fait une multitude de rencontres. Parmi les personnes qu’il croise au bord de son chemin, quelques-unes se détachent et se mettent à sa suite : c’est la petite troupe des disciples.

Les disciples et la foule voient les mêmes gestes et entendent les mêmes paroles. Mais le disciple voit au-delà des apparences ; il comprend que les actes de Jésus sont en réalité des signes du Royaume qui vient. Le disciple écoute et ne se contente pas d’entendre : pour lui, les paroles de Jésus sont autant d’ouvertures sur ce monde mystérieux, qui ne se dévoile qu’à celles et ceux qui se sont mis à la suite du Seigneur et ont accepté de partager sa vie jusqu’au bout.

La foule, elle, a beau voir, elle n’a pas accès au mystère du Royaume. Elle entend, mais n’écoute pas vraiment. Elle regarde, mais ne voit pas. Elle est pourtant habitée par un désir inexprimé, une espèce d’instinct spirituel qui la fait chercher à voir Jésus. Pour elle, Jésus invente une forme de discours qui est adapté à sa situation : il parle en paraboles, raconte de petites histoires simples qui interpellent et mettent en chemin. C’est ainsi que, petit à petit, s’impose à tous l’image d’un Royaume peu visible, discret, mais doté d’une considérable énergie vitale, comme la graine qui pousse dès qu’elle est semée dans la bonne terre ou le levain enfoui dans la pâte.

Il y a toujours, dans notre monde, la foule et les disciples. La tentation serait de ne s’adresser qu’aux disciples, de leur demander de ne vivre qu’en respectant la loi du Royaume dans toute son exigence. Jésus, lui, n’en a jamais demandé autant. Il a tenu à rester ouvert à tous, accueillant à toutes les situations. Gardons-nous bien de tomber dans le piège d’une Eglise où l’annonce de la Bonne nouvelle serait réservée à quelques-uns, cette Eglise que le pape François compare à une douane à l’entrée de laquelle chacun devrait présenter un certificat de bonne conduite et de bonnes mœurs. Faisons plutôt de cette Eglise l’hôpital de campagne où peuvent trouver de l’aide tous les blessés de la vie.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Prière du matin

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don