Accueil
2eme dimanche de Pâques
Partager

2eme dimanche de Pâques

RCF Liège,  -  Modifié le 12 avril 2021
Jour de Joie 2eme dimanche de Pâques
Croire en la résurrection, ce n’est pas adhérer à une croyance, c’est «vivre en ressuscité».

Mais pour comprendre, il faudra le don de l’Esprit-Saint à la Pentecôte. Saint Luc dans les Actes des Apôtres nous décrit ici en quoi consiste la vie nouvelle qui s’instaure dans la toute première communauté chrétienne. Saint Luc insiste sur 2 points : l’exigence de l’Unité et l’invitation au Partage.

Si on possède des biens, on ne s’en prétend pas propriétaire, mais on met tout en commun pour que ces biens comblent les besoins de tous et que personne ne soit dans la misère ; en d’autres termes, ils se comportaient, non en propriétaires mais en intendants. Il faut reconnaître qu’il y a là tout un changement de mentalité... Il y faut bien la puissance de la grâce ! On est dans la droite ligne, une fois de plus, de l’Ancien Testament : toute la prédication prophétique visait à une double prise de conscience : premièrement, tout ce que nous possédons est cadeau de Dieu ; deuxièmement, tout homme est un frère.

Pensons au chapitre 3 de l’encyclique «Fratelli tutti» du Pape François : "L’amour est au cœur de notre existence et doit aussi être le cœur de chaque croyant. L’amour ne peut jamais prendre la deuxième place et ne peut être remplacé par une lutte acharnée pour défendre certaines interprétations idéologiques de la foi. Et s’il faut défendre, il faut le faire avec amour. Le plus grand danger dans notre vie est de ne pas aimer! C’est pourquoi toute forme d’hospitalité et d’amitié sera profondément marquée par cet amour. C’est l’amour qui nous motive à rechercher, trouver et promouvoir le meilleur de la vie de chaque être humain."

Croire au Christ Ressuscité est plus qu’une abstraction. En effet, rien ni personne ne pourra jamais apporter une preuve de la Résurrection. Et aucun homme ne peut comprendre et encore moins oser expliquer ce mystère. Mais le récit historique de la vie du Christ atteste que son témoignage est exemplaire et digne de foi : cet homme Jésus a été jusqu’au bout de sa mission. Croire au Christ ressuscité, c’est vivre à notre tour comme Lui a vécu.

Pour terminer, citons l’auteur Jean d’Ormesson, écrivain et journaliste français, né en 1925 et décédé en décembre 2017. Il dit : «Jamais personne ne pourra prouver l’existence de Dieu ni sa non existence. Prétendre posséder la preuve de son existence ou de sa non existence conduit au fanatisme et au sectarisme. Néanmoins, pour moi, croire en son existence change complètement le sens de ma vie.” C’est bien l’expérience de Thomas qui ose poser la question “Si je ne peux toucher, je ne croirai pas.” Nous sommes comme Thomas devant une question.

Jean d’Ormesson ajoute : “Ma foi m'interdit de croire que la preuve de l'existence de Dieu puisse jamais être apportée. Mon Dieu n'est pas objet de vérification, il est sujet d'amour. Ma foi n'est pas savoir, elle est acquiescement.» C’est d’ailleurs le cri de Thomas qui déclare : “Mon Seigneur et mon Dieu”. Jean d’Ormesson poursuit en disant : «C'est quand il y a quelque chose au-dessus de la vie que la vie devient belle. Croire en Dieu, c’est désirer qu’Il existe et c’est en outre se comporter comme s’Il existait.»

Pour terminer notre partage, je rappelle que ce 2ème Dimanche de Pâques a été désigné par le pape François, comme «Dimanche de la Divine Miséricorde».

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don