Accueil
La paternité (1/4): parentalité et conjugalité

La paternité (1/4): parentalité et conjugalité

Un article rédigé par Sophie Lecomte - Dialogue RCF (Aix-Marseille), le 3 novembre 2023  -  Modifié le 3 novembre 2023
Psy et Spi La paternité (1) : parentalité et conjugalité

Contrairement à la maternité, plus intuitive, la paternité se construit pas à pas.

Elle peut prendre différentes formes, biologique ou spirituelle, qui se complètent sans être exclusives l’une de l’autre.

A notre époque, les codes changent et la paternité navigue entre l'écueil d'une toute puissance aveugle et d’une mollesse trop bienveillante.

Le Père Jean-François NOEL, curé à Istres et psychanalyste explore ce thème de la paternité au micro de Sophie Lecomte.

c/Pixabay Robert Cheaib c/Pixabay Robert Cheaib

Le premier mot en lien avec la paternité est la transmission. Transmission de valeurs, tout en encourageant l’enfant au cours de sa croissance.

Jean-François Noel parle de “force qu’on transmet à l’enfant pour qu’il soit fils”.

Pourtant, la paternité est indissociable de la maternité, “on ne peut être père seul”!

Le père joue le rôle de “tiers séparateur” dans le couple fusionnel que forme la mère et l’enfant, qui permet un équilibre vivant, à la manière du mystère de la trinité de Dieu.La paternité permet d’ouvrir l’enfant vers une belle et juste frustration avec l’idée sous-jacente que la mère n’est pas tout pour l’enfant.

 

A la paternité biologique, peuvent s’ajouter d’autres figures paternelles qui accompagnent l’enfant dans son développement. Pour autant, ces figures exemplaires n’invalident pas ce que transmet le père biologique mais le complètent. Une paternité qui se veut exclusive devient despotique.

 

La paternité spirituelle du prêtre se caractérise par un accompagnement lors des moments forts de la vie, deuil, mariage mais en même temps elle sait s'effacer pour ne pas s'imposer.

 

A notre époque, la paternité a évolué vers plus d’implication de ces “nouveaux papas”. Pourtant deux écueils la menacent: une toute puissance aveugle et une mollesse trop bienveillante.

 

Alors que le Pape François a consacré l’année 2021 à Saint Joseph, voilà peut-être une belle occasion de se replacer sous la figure de ce saint vertigineux, qui a fait preuve d’une incroyable force et d’une insondable foi pour accueillir celle qui allait donner naissance au messie dans des conditions loin d’être idéales, et qui a accepté de ne pas tout comprendre. Il montre que la virilité n’est pas l'invincibilité.


 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don