Accueil
Secours catholique : Pour une justice économique et climatique
Partager

Secours catholique : Pour une justice économique et climatique

Un article rédigé par Véronique Devise - RCF, le 29 septembre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
La chronique du Secours catholique - Caritas France Secours catholique :Pour une justice économique et climatique

La COP 27 approche à grands pas puisqu’elle aura lieu à partir du 7 novembre en Égypte.  

Véronique Devise ©Secours catholique Véronique Devise ©Secours catholique

Quelle est la responsabilité des États dans la lutte contre le réchauffement climatique ?

 

Malheureusement l’actualité nous montre que les changements climatiques s’intensifient  partout dans le monde, avec son lot de conséquences souvent dramatiques et notamment  pour les plus vulnérables.  

 

Au Pakistan par exemple, les dernières inondations ont entraîné la mort de plus de 1 600  personnes et généré 50 millions de déplacés soit près d’un quart de la population du pays. Ces épisodes climatiques ont détruit deux millions de maisons et emporté 7000 kilomètres de routes. C’est un désastre humain et un terrible coup pour le développement du pays.  Depuis des années, les pays les plus pauvres subissent les conséquences les plus fortes des  changements climatiques alors qu’ils en sont les moins responsables, car historiquement ils émettent très peu de gaz à effet de serre. C’est une vraie injustice.  

 

Le pape François s’est souvent exprimé pour dénoncer cette injustice climatique et mettre en  avant la responsabilité des États industrialisés envers les États en développement. Dans Laudato Si', le pape nous dit qu'il faut accorder une attention particulière aux populations les plus vulnérables, à l'égard desquelles il existe une "dette écologique croissante liée aux déséquilibres commerciaux ayant des répercussions sur l'environnement et à l'utilisation disproportionnée des ressources naturelles de son propre pays et d'autres pays". Le pape exhorte donc les pays développés à contribuer au paiement de la dette écologique.  

 

Plusieurs pays et des associations dont le Secours catholique demandent aux États les plus riches et responsables de reconnaître et payer ce qu’on appelle  les “pertes et dommages”. Face à l’apparition, dans certains pays, de conséquences irrémédiables du réchauffement  climatique, liées à des événements extrêmes et soudains, comme on l’a vu avec les  inondations mais aussi les typhons ou encore, face à des événements de longue durée  comme la montée des eaux ou les sécheresses à répétition qui rendent inhabitables certains  endroits, il est nécessaire d’indemniser les pays et les communautés qui subissent ces  “pertes et dommages”, notamment par le biais d’un soutien financier additionnel.

 

Ce sera un des grands enjeux de la prochaine COP. Les États industrialisés dont la France doivent être à la hauteur de cette mesure de justice climatique. Car sans justice, pas de véritable action climatique ! 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don