Accueil
Pascale Morinière : La nouvelle politique familiale est une politique à courte vue
Partager

Pascale Morinière : La nouvelle politique familiale est une politique à courte vue

Un article rédigé par Pascale Morinière - RCF, le 8 novembre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
La chronique des AFC Pascale Morinière : La nouvelle politique familiale est une politique à courte vue

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale a été adopté en première lecture par l’Assemblée Nationale par l’application de l’article 49-3. Qu’est-ce que représente cette loi ?

Pascale Morinière ©DR Pascale Morinière ©DR

Pour ce qui concerne la politique familiale, il y a de bonnes choses, en particulier pour soutenir les familles monoparentales ou pour que les familles qui ont recours à une assistante maternelle aient un reste à charge proche de celles qui ont obtenu une place en crèche.

 

Mais une mesure beaucoup plus importante est passée quasiment inaperçue alors qu’elle est lourde de conséquences : 2 milliards d’euros de charges sont passés de la branche maladie de la sécurité sociale à la branche famille.

 

De quoi s’agit-il ?

 

Les coûts des congés maternités et paternités, soit 2 milliards d’euros, seront transférés à la branche famille qui les prendra désormais en charge. Néanmoins, les appels de cotisation, c'est-à-dire les recettes, continueront d’être perçues par la branche maladie. Cela revient à ponctionner 2 milliards dans le budget dédié des familles. 

 

Il faut savoir que la branche famille est bénéficiaire depuis longtemps parce que nous avons de moins en moins d’enfants. Il serait donc logique que ces sommes reviennent aux familles, en particulier pour soutenir la natalité, plutôt que pour combler des déficits de la branche vieillesse ou maladie.

 

Comment comprenez-vous ces mesures ?

 

C’est une gestion à courte vue ! La politique familiale n’est pas une dépense, mais un placement pour le futur de notre pays. Lorsqu’on a des enfants, on fait des investissements pour les accueillir et les éduquer, on se projette collectivement pour assurer leur avenir. Et ils sont, eux, une garantie pour notre modèle social fondé sur la solidarité entre les générations. 

 

Les responsables politiques ne semblent plus comprendre que la politique familiale n’est pas une politique sociale de compensation des inégalités, mais une politique d’avenir pour nous tous. Elle nécessite des moyens ! Les Français ont 1,83 enfant par femme alors qu’ils en souhaiteraient 2,29, en moyenne. Ils n’ont le plus souvent pas les moyens d’accueillir les enfants qu’ils souhaiteraient. L’enfant est devenu un luxe pour la classe moyenne !

 

Il ne suffit pas d’annoncer la création d’un “service public de la petite enfance” si des moyens financiers ne sont pas mis en face dans le budget de la sécurité sociale. 

 

Espérons maintenant que le Sénat revienne sur cette mesure !

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don