Accueil
RCF Pascale Morinière - Convention citoyenne sur la fin de vie : quand l'interdit de donner la mort est levé...
Partager

Pascale Morinière - Convention citoyenne sur la fin de vie : quand l'interdit de donner la mort est levé...

RCF, le 21 février 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
La chronique des AFC Pascale Morinière - Convention citoyenne sur la fin de vie : quand l'interdit de donner la mort est levé...

La convention citoyenne sur la fin de vie a voté dimanche dernier. Elle concluait sa phase de délibération par une série de votes. Elle poursuivra ses travaux pendant encore trois week-ends pour une phase dite d’harmonisation des positions, pendant laquelle elle précisera ses propositions et les votera, avant de rendre un document final au gouvernement, le 19 mars.

Pascale Morinière ©DR Pascale Morinière ©DR

À l’issue des débats du week-end dernier, les citoyens se sont prononcés sur les éventuels changements à introduire au cadre légal actuel de la fin de vie. 75% des citoyens sont en faveur d’une aide active à mourir, c’est-à-dire l’euthanasie ou le suicide assisté, 19% sont opposés à toute mort administrée et 5% ne se prononcent pas. À noter que 67% des votants souhaiteraient ouvrir l’euthanasie non seulement aux majeurs mais aussi aux mineurs. 

 

Ces résultats sont-ils étonnants ? Pas tout à fait : on voit que les dérives observées dans les pays qui ont légalisé l’euthanasie ou le suicide assisté sont déjà présentes, en particulier l’euthanasie des enfants et des jeunes mineurs.

 

Quant à la proposition de réserver l’euthanasie aux seules personnes capables d’exprimer une
volonté libre et éclairée,
elle n’a été votée positivement qu’à deux voix de majorité ! Lorsque l’interdit de donner la mort est levé, il n’y a plus de limite comme on le constate déjà dans des pays comme la Belgique, les Pays-Bas ou le Canada. Les lois continuent de dériver et pour inclure les mineurs, les malades psychiques, déments ou atteints de polypathologies dont aucune n’est léthale.

 

Que faudrait-il faire ? Il me semble que chacun peut montrer aux personnes âgées, malades ou fragiles de sa famille ou de son entourage combien elles comptent et quel prix infini elles ont à ses yeux. La dignité ne tient pas à notre état de santé !

 

Il faut lire dans Le Figaro du 12 février le témoignage d’Olivier Goy, 49 ans, atteint de la maladie de Charcot : "Au début, dit-il, j’étais anéanti, incapable d’en parler. [Maintenant], j’ai décidé de vivre jusqu’au bout et d’utiliser chaque minute de mon temps pour améliorer les choses... Je veux apprendre à mes enfants que lorsqu’on souffre, que l’on a une difficulté, c’est normal, c’est la vie. On ne fuit pas. On se bat." Les plus malades d’entre nous nous donnent souvent de magnifiques exemples de courage ! Battons- nous avec eux, à leurs côtés ! Choisissons donc la vie !

 


Chaque semaine, Pascale Morinière, des Associations familiales catholiques (AFC), réagit à l'actualité qui concerne la vie des familles.

> La chronique des AFC

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Émission Je pense donc j'agis © RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
La chronique des AFC

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don