Accueil
Lutter contre le validisme en politique
Partager

Lutter contre le validisme en politique

Un article rédigé par Hamou Bouakkaz - RCF,  -  Modifié le 17 juillet 2023

Saviez-vous que la première adjointe au Maire de Lyon, était en fauteuil roulant ? En Allemagne une personne à mobilité réduite a dirigé les finances du pays et présidé la chambre des députés. En Angleterre, un aveugle a dirigé l’Intérieur et l’Education nationale. En France, à ma connaissance, plus de ministre handicapé depuis 1993 et encore il était en charge du handicap.

Hamou Bouakkaz - DR Hamou Bouakkaz - DR

L'histoire d'une élue en fauteuil roulant

En revanche, il semble bien qu’un grand nombre d’élus locaux soient désormais handicapés et qu’ils ne tiennent pas à en faire un plat, à l’instar d"Audrey Henoque, première adjointe en charge des finances qui a remplacé le Maire de Lyon Gregory Doucet durant ses deux semaines de congé maternité avec maestria.

Pourtant, même quand on ne veux pas parler de son handicap, il vous revient en pleine figure dans le vocabulaire discriminant couramment utilisé dans le débat public. Lors d’un débat sur la mobilité des personnes handicapées au conseil municipal, une élue probablement tout à fait bien intentionnée a cru mettre les rieurs de son côté en plaisantant sur la possibilité de "faire pédaler un pied-bot ou un cul-de-jatte".

Lutter contre le validisme

Audrey Henoque, émue aux larmes a dû faire de la pédagogie et expliquer que certains mots étaient blessants, infériorisants, et montraient la difficulté d’accepter le handicap comme modalité de l’être à part entière. C’est ce que certains militants qui luttent pour l’égalité des droits des personnes handicapées appellent le validisme. Les mots blessent comme les armes ! ils infantilisent, dégradent, stigmatisent.

Le cul-de-jatte, le muet et l’aveugle de la mauvaise réputation de Brassens ne se sont pas sentis infériorisés, bien au contraire ! Mais il s’agit d’être subtil et en particulier quand on est un personnage public, d’éviter toute posture qui fait penser à l’autre qu’il n’est pas votre égal en dignité ! Comme le montre sans pathos Audrey Henoque, quand le handicap est compensé, la déficience n’est plus un obstacle à l’exercice de toute fonction ! Et bientôt peut-être, une personne handicapée à l’Elysée ?
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don