Accueil
RCF Le Éco-hameau Saint François, havre de solidarité au coeur du Var, par Adélaïde Bertrand
Partager

Le Éco-hameau Saint François, havre de solidarité au coeur du Var, par Adélaïde Bertrand

Un article rédigé par Adélaïde Bertrand - RCF, le 27 juin 2024  -  Modifié le 27 juin 2024
La chronique du Secours catholique - Caritas France Le Éco-hameau Saint François, havre de solidarité au coeur du Var, par Adélaïde Bertrand

L'éco-hameau solidaire Saint-François a vu le jour grâce à Mireille, qui a fait don de sa propriété au diocèse du Var avec la volonté de permettre le vivre ensemble pour “les blessés de la vie”.

Adélaïde Bertrand © DR / Secours catholique Adélaïde Bertrand © DR / Secours catholique

Depuis 5 ans, il est porté par 3 associations : l’Union Diaconale du Var, Habitat et Humanisme et le Secours Catholique. Sa vocation, c'est avant tout la rencontre et la fraternité. Chacun est accueilli avec ses fragilités, une fragilité psychique, un problème de santé, un parcours de vie difficile ou la précarité. Le hameau regroupe aujourd’hui environ 70 personnes, qui vivent sur place au sein de la pension de famille ou des logements sociaux.

Des activités variées permettent à chacun et chacune de prendre sa place, de gagner confiance en soi, de contribuer au projet. Les fragilités y deviennent des talents. Et l’entraide permet aux personnes de retrouver du pouvoir dans leur propre vie.

Gali, en service civique, nous dit : “À l'éco-hameau Saint François, l’idée de partager et le sens de la solidarité est toujours mis en avant. C’est ce qui me met dans la joie et je me retrouve dans un monde idéal.”. 

Faire l’expérience d’un monde plus juste et plus fraternel

C’est un lieu qui rassemble autour de valeurs fortes, comme l'écologie et le partage. Tous les matins, on peut se retrouver pour boire un café ensemble, on y partage aussi des repas et des temps de convivialité. Ce sont des moments précieux pour les habitants, qui retrouvent leur place dans le collectif et dans leur propre vie. Titi, l’un des habitants au parcours difficile, nous dit que “quand on ne va pas bien, c’est bien de pouvoir aller voir du monde, de pas être tout seul.” 

Des moments de tension existent aussi, mais ils sont pris en compte et gérés de manière collective, pour dépasser ensemble les difficultés. À la demande des habitants, également, la dimension spirituelle est animée par une fraternité du réseau Saint-Laurent pour partager la parole de Dieu et la vie de la paroisse.

Un projet de vivre ensemble pour sortir de l’isolement

En effet, les moments de partage informels sont des espaces dans lesquels l’espoir peut renaître. Des idées germent et deviennent des projets collectifs ! Par exemple, un habitant voulait une ou deux poules et cela s’est transformé en un poulailler géré collectivement. Ce sont des choses simples, mais cela permet aux personnes de croire que leur vie peut se transformer, et en bien !

Ce projet nous montre que quand on fait confiance et qu’on construit ensemble, sans méfiance, sans exclusion, la vie peut être belle. Je souhaitais que vous partiez vers l’été avec cette idée pleine d’espoir : un monde juste et fraternel est possible et il est déjà une réalité !

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Émission La chronique du Secours catholique - Caritas France ©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
La chronique du Secours catholique - Caritas France

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don