Accueil
Édito de Julien Dezécot - Agriculture : pour une meilleure gestion de l'eau

Édito de Julien Dezécot - Agriculture : pour une meilleure gestion de l'eau

RCF, le 28 février 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
Le point de vue de 7h55 Édito de Julien Dezécot - Agriculture : pour une meilleure gestion de l'eau

Le Salon de l’agriculture bat son plein et déjà on annonce des restrictions d’eau. Elles vont démarrer dès mars, comme annoncé par le ministère de l’Écologie. Et ce en raison d’une sécheresse historique cet hiver. Quelle gestion de l’eau pour un système agricole plus résilient ?

Environ 4.000 personnes ont manifesté à Sainte-Soline (Deux-Sèvres) contre l(implantation de mégabassines, le 29/10/2022 ©Estelle Ruiz / Hans Lucas Environ 4.000 personnes ont manifesté à Sainte-Soline (Deux-Sèvres) contre l(implantation de mégabassines, le 29/10/2022 ©Estelle Ruiz / Hans Lucas

L'eau douce disponible se fait de plus en plus rare et les conflits provoqués par son accaparement se multiplient. Pour autant, le monde agricole reste accroché au robinet. Illustration : en 10% une hausse de 14% de la surface agricole irriguée en France selon le dernier recensement agricole. En cause le dérèglement climatique, qui met champs et pâturages à l’épreuve de la sécheresse et de la hausse de la température moyenne. Paradoxe : à l’heure où l’or bleu disponible se raréfie - son volume annuel a chuté de 14% entre 1990 et 2018 (selon les données du ministère publiées en juin dernier) - le modèle agricole français compte de plus en plus sur les ressources hydriques du territoire, fragiles et incertaines. 

 

Quels sont les leviers pour préserver les ressources en eau et donc notre alimentation ?

 

En premier lieu, redonner au sol son rôle naturel d’éponge, en réduisant le labour et le nombre de passage de tracteurs lourds. Car un sol en bonne santé va mieux retenir et filtrer l’eau vers les nappes souterraines. Ce qui évite aussi le lessivage lors d’intenses précipitations. D’autres bonnes pratiques existent, comme la restauration des infrastructures bocagères ou encore la plantation des haies, d’arbres. Car même si ces derniers consomment de l’eau, ils évitent d’abord l’érosion des sols et l’assèchement de surface !

 

Second levier : s’adapter, en choisissant les variétés adaptées en prévision des sécheresses à venir et du climat modifié, en s’inspirant notamment des pratiques utilisées dans les pays semi-arides par exemple. Les experts interrogés dans nos colonnes rappellent qu’il ne faudra pas compter uniquement sur les choix individuels des agriculteurs car c’est l’ensemble de la filière qui doit se transformer au plus tôt.

 

La question de l’élevage est également un point clé

 

Les deux tiers des céréales produites en grandes cultures sont à destination des animaux. Permettre au bétail de se nourrir plutôt d’herbe remodèlerait les paysages agricoles. Et permettre de baisser la pression de l’irrigation. Car il faut presque 10 fois plus d’eau pour produire un kilo de bœuf qu’un kilo de céréales.

 

Pour autant, les filières agricoles peinent encore à se transformer

 

Le développement des constructions de stockage, des mégabassines, fait l’objet de fortes oppositions, comme l’ont montré les récentes mobilisations dans les Deux-Sèvres contre un projet permettant de stocker l’équivalent de 2620 piscines olympiques. Il est difficile pour les filières et les territoires d’aller vers des trajectoires d’adaptation si cette transformation n’est pas collective.

 

Or, le plan stratégique national, la déclinaison française de la PAC, n’encourage ni les pratiques agroécologiques, ni un meilleur usage de l’eau. Alors que les arrêtés de restrictions de l’usage de l’eau se sont multipliés l’été dernier et s’annoncent dès cette semaine, les champs pourraient continuer de griller si la ressource en eau n’est pas mieux gérée. Et si la politique agricole commune n’est pas mise à jour urgemment, à l’heure du dérèglement climatique !

 


> Dans son dernier numéro, le magazine Sans transition !, revue engagée du local au global, explore l’épineuse question de la faim, à l’heure de l’urgence climatique

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don