Accueil
Édito de Blanche Streb - Porno : protéger les mineurs est un enjeu majeur
Partager

Édito de Blanche Streb - Porno : protéger les mineurs est un enjeu majeur

RCF, le 10 février 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
Le point de vue de 7h55 Édito de Blanche Streb - Pornographie : protéger les mineurs est un enjeu majeur

Ce matin je voulais parler d’un sujet qui met mal à l’aise, qu’il suffit de nommer pour avoir l’impression d’être sali : la pornographie. Bonne nouvelle. Cette semaine, le ministre délégué chargé du Numérique a annoncé mettre en place un système pour bloquer l’accès aux sites porno pour les mineurs. Il n’arriverait qu’en septembre, mais c’est un petit pas.

Blanche Streb ©Paul-Augustin Frécon Blanche Streb ©Paul-Augustin Frécon

Et un enjeu de premier plan, car on sait que l’âge moyen de la première consultation de porno est, tenez-vous bien, de 11 ans. Avec ce dispositif, les utilisateurs devront prouver leur majorité par une attestation numérique dont les détails ne sont pas encore connus. 

 

Protéger les mineurs est un enjeu majeur

 

Les dégâts durables que cela cause dans les cerveaux, les cœurs, les âmes, les affects sont monumentaux. Israël Nisand parle d’un "viol psychique" concernant l’exposition des enfants à des images pornos. Bloquer l’accès, c’est déjà vraiment bien. Mais cela ne s’attaque pas encore aux racines du problème. Seulement à une partie de la visibilité de ses mauvais fruits.

 

Je vous donne juste quelques chiffres. Le porno, c'est un quart de tout le trafic vidéo. Une recherche sur ordinateur sur huit, une sur cinq sur mobile. Le chiffre qui m’a le plus choqué : en dix ans, l’humanité a regardé l’équivalent de 1,2 million d’années de porno… Ce n’est pas qu’une pollution mentale, psychique, affective et culturelle, mais aussi une pollution tout court. En émission de gaz à effet de serre, le porno, c'est autant que ce qui est émis par un pays comme la Suède pendant deux ans.

 

Récemment quatre sénatrices ont publié "Porno : l’enfer du décor", un rapport dont sincèrement, on ne ressort pas indemne de la lecture. C’est une réalité à regarder en face. C’est une monstrueuse et tentaculaire industrie, dont les colossaux profits n’ont d’égal que les faramineux dégâts qu’elle provoque, aussi bien sur les consommateurs - fréquents, occasionnels, ou accidentels - que sur les personnes exploitées par un système d’une violence et d’une perversité inouïe. Les témoignages de victimes dépassent tout ce qu’on imaginait. 

 

Un autre aspect dont je veux parler, c’est le phénomène d’addiction, qui peut toucher tout le monde, quel que soit le milieu social ou familial, l’âge, le sexe. Un risque d’addiction qu’il serait faux de croire réservé aux pervers, car en réalité, il est lié au fonctionnement normal de notre cerveau. C’est conçu pour rendre accro. D’ailleurs, c'est la drogue par excellence, car elle peut être consommée dans l’anonymat total, en tout lieu, circonstances avec une accessibilité hors normes, de manière totalement gratuite et infinie.

 

Le porno est une prison, dans laquelle il est possible de ne pas entrer, mais aussi de sortir, de s’en sortir. Prévention et secours existent. Commencer sérieusement à éradiquer ce fléau, voilà ce qui serait un vrai progrès. Il semble que la prise de conscience soit là, c’est déjà ça.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don