Accueil
Jardinage : Saints de glace, comment protéger ses plantations et préparer l’été ?

Jardinage : Saints de glace, comment protéger ses plantations et préparer l’été ?

Un article rédigé par Amaury Perrin - RCF, le 12 mai 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
Prenez-en de la graine : des conseils jardinage écolos Jardinage : Saints de glace, comment protéger ses plantations et préparer l’été ?

Le printemps est synonyme de retour au jardin, mais aussi de Saints de glace. Chaque année, ces trois jours qui s’étendent du 11 au 13 mai sont réputés dangereux pour les plantations puisqu’ils sont associés à un haut risque de gelées matinales. Depuis le Moyen Âge, on laisse souvent passer ces quelques jours avant de planter les fruits et légumes d’été. Frédéric Fortin, jardinier et formateur chez Terre & Humanisme, nous donne quelques conseils.

Gel printanier par Jan Haerer © Pixabay Gel printanier par Jan Haerer © Pixabay

Le printemps avance à toute vitesse, c’est donc le moment de se remettre au jardinage et de semer les plantations d’été. En revanche, il faut faire attention aux Saints de Glace, surtout quand on vit dans une région sujette au gel printanier. "Les gelées matinales stressent les plantations et cette fraîcheur persistante freine la pousse", explique Frédéric Fortin, qui conseille d’attendre lundi pour semer. Cependant, avec le réchauffement climatique, une bonne partie de la France n’est plus concernée, ou très rarement, par le gel. "On peut planter sans problème et laisser faire la nature", estime-t-il. Pour les plantes déjà en terre, il est possible de les envelopper et de les pailler, ou de les mettre à l’abri sous serre ou en intérieur. 

 

 

Les conseils et réponses de notre jardinier

 

Si votre lilas fleurit puis fane rapidement, c’est normal !
"Le lilas tient très mal en pot", indique Frédéric Fortin. Cette plante a une floraison très courte et fanera nécessairement après quelques jours. Si l’on souhaite absolument accroître la durée de vie des fleurs, de l’engrais liquide peut être déversé dans la terre. 

 

Vous fabriquez votre purin d’ortie comme Stéphanie ? Voici quelques astuces sur cette décoction multi-usages. 
Le purin d’ortie est un insecticide, un fertilisant et un engrais qui fait du bien au jardin et peut être fait maison. "Ne pas utiliser l’eau du réseau qui est chlorée", préconise notre expert. Utilisez donc de l’eau de pluie, brassez une fois de temps en temps et attendez que la fermentation se fasse. "Quand il n’y a plus de bulles, il s’utilise en arrosage racinaire ou foliaire". 

 

Françoise est envahie de chiendent, cette plante vivace honnie des jardiniers. 
"Il est compliqué à enlever mais il n’est pas là sans raison", indique Frédéric Fortin. Les sols tassés et compacts attirent le chiendent qui vient rééquilibrer le sol et lui redonner de la porosité. La méthode la plus efficace pour s’en débarrasser est l’action mécanique de levier à l’aide d’une pelle bêche pour enlever les racines. En prévention, "on peut aussi occulter son sol à l’automne pour la moitié de l’année".

 

Que faire avec son avocatier en pot ? 
"L'avocat n'est pas adapté aux milieux tempérés", rappelle le jardinier et formateur à Terre & Humanisme, il est donc compliqué d’obtenir des fruits. Mais qui ne tente rien n’a rien ! Si vous souhaitez essayer l’expérience, il faut éviter les terres argileuses et privilégier celles drainantes pour que l’eau passe et ne crée pas d’hydromorphie. Il est possible d’utiliser une terre sableuse horticole. Cette plante demande aussi un bon arrosage ! 

 

Michelle a des problèmes de punaises qui grignotent ses plantes. Que faire ?
Les punaises sont de grandes ennemies du potager. Au moindre coup de chaud, elles envahissent les jardins et s’attaquent souvent aux tomates et aux choux. Frédéric Fortin conseille d’utiliser un aspirateur de table avec un petit embout pour aspirer les punaises. "C’est original mais très efficace", indique-t-il. Il est aussi possible d’utiliser un purin mais cela fera fuir toutes les autres petites bêtes. 

 

Corinne a un mûrier sans épines dont certaines branches s’élèvent à plusieurs mètres de hauteur.
Il est recommandé dans ces cas-là de tuteurer la plante avec un grillage ou fil de fer. Ce sont les grandes branches qui donnent les fruits, il faut donc les conserver et réussir à les canaliser. "Les tuteurer permet de refaire des rameaux sur le pied principal", explique notre spécialiste. Enfin, pour éviter que vos mûres ne sèchent comme l’été dernier, aux premiers signes de trop forte chaleur, n’hésitez pas à ombrer la plante. 

 

Prenez-en de la graine ! 

 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don