Accueil
Claude Onesta, une leçon de management
Partager

Claude Onesta, une leçon de management

Un article rédigé par Claire Barberis-Giletti - RCF Bordeaux, le 24 juillet 2023  -  Modifié le 26 juillet 2023
Acteurs d'un monde meilleur Claude Onesta, une leçon de management

Aujourd’hui, Claude Onesta est mis à l’honneur dans “Acteurs d’un monde meilleur”. Le célèbre ancien entraîneur de l’équipe de France de handball a mené les Bleus au plus haut niveau entre 2001 et 2016. Au micro de Christophe de la Chaise, il donne des clés pour transformer les organisations et les rendre plus performantes. 

 

 

RCF Bordeaux RCF Bordeaux

Donner le temps à la transformation d’une équipe

Quand il est nommé entraîneur de l’équipe de France de handball en février 2001, Claude Onesta hérite d’une équipe qui vient d’être sacrée championne du monde pour la deuxième fois. Sa mission : transformer en profondeur les modes de fonctionnement de son équipe. Ce parcours a été “chaotique, délicat” confie ce dernier.

“Le propre d’une transformation c’est de créer une forme de perturbation, indispensable pour mettre en oeuvre de nouvelles organisations. C’est seulement au terme de cette mise en oeuvre que l’on peut espérer des résultats améliorés” explique Claude Onesta.  Il lui a fallu attendre 2006 pour recueillir les fruits de ces changements longs, en passant à deux doigts d’un non-renouvellement de son mandat. Aujourd’hui, “on est tellement tenu à l’immédiateté du résultat” souligne t-’il, alors que rendre les fondations solides est essentiel pour construire un édifice. 

La responsabilisation : un élément clé pour la cohésion d’une équipe

Au cours de ces longues étapes de transformation, Claude Onesta a lui-même vécu des mutations. Il est notamment passé d’un management directif à un management participatif, en se rendant compte que “donner plus d’autonomie, rendre les autres plus responsables” amène à davantage d’efficacité. 

Pour celui qui intervient désormais régulièrement dans le monde de l’entreprise, il est important de sortir de l’idée d’un “management participatif gentil”. Ce qu’il faut comprendre dans une démarche participative, c’est qu’elle permet de devenir plus fort. Pourquoi ? Parce qu’en faisant appel aux idées et aux suggestions des membres d’une équipe, elle invite à une responsabilité de chacun. “Les gens, en s’associant, vont devenir extrêmement exigeants les uns envers les autres” souligne le célèbre entraîneur. 

De la concurrence à la collaboration

Pour Claude Onesta, “mettre les gens en concurrence, c’est très vite l’occasion d’affaiblir son équipe. [...] Les dynamiques de concurrence ont du sens seulement si on veut créer des logiques très courtes de performance mais dans le long terme, aucun sens”. Il s’agit de jouer sur la logique de coopération. 

Et pour cela, il faut associer des gens qui soient capables de collaborer ensemble et de dépasser la simple performance individuelle. Le rôle du manager n’est pas de contrôler, mais plutôt de “réfléchir à comment associer les gens” à partir de “la singularité des personnalités”, pour que “l’addition des performances individuelles soit portée par un état d’esprit d’équipe qui fait que la somme devient plus importante. C’est ça le rôle d’un manager.” partage l'entraîneur. “Ce qu’on me demande à moi, ce n’est pas de sélectionner les 15 meilleurs joueurs français, mais de sélectionner les 15 joueurs qui ensemble auront la meilleure performance. Ce n’est pas du tout la même chose“ illustre t’il. Et à terme, quand une équipe gagne à plusieurs reprises, cela crée une confiance partagée qui permet de mieux gérer les difficultés et de continuer à collaborer ensemble !

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don