Accueil
Boeufs gras de Bazas : une année particulière en Gironde

Boeufs gras de Bazas : une année particulière en Gironde

Un article rédigé par Balthazar SIBIEUDE - RCF Bordeaux, le 19 février 2024  -  Modifié le 21 février 2024
Le Journal local Edition du vendredi 9 février 2024

La fête des Bœufs gras de Bazas qui célèbre la race bazadaise se déroulait cette année dans un climat particulier après plusieurs semaines d'une forte contestation du monde agricole sur le manque de vision politique pour l'agriculture de demain

Un tracteur et sa remorque juste avant l'attelage des boeufs, Bazas, 2024 Un tracteur et sa remorque juste avant l'attelage des boeufs, Bazas, 2024

Année 2024 particulière à la fête des Bœufs gras à Bazas (Gironde). Après plusieurs grosses manifestations d'agriculteurs, les éleveurs du Sud Gironde dénoncent leurs conditions de travail et leurs niveaux de rémunération.

Bazas célébrait pour la 741ème fois ses éleveurs

Chaque année, la ville de 5 000 habitants double de volume le jeudi précédant Mardi gras, pour élire le Roi des Boeufs. Dans un rituel bien rôdé, les boeufs sont déchargés des camions sur l'allée des tilleuls, où ils sont alors attachés par paire à des remorques de tracteurs décorées pour l'occasion. L'opération est délicate et la foule assiste, tantôt rieuse tantôt crispée, à la mise en place du cortège.


Puis midi sonnant, les fifres de Gascogne s'élancent vers la cathédrale. Les garçons en échasses, les filles en robes, les flûtes annoncent l'arrivée des bêtes. Cette année, ce sont 14 animaux d'une tonne chacun qui ont défilé devant la Confrérie du Boeuf en charge d'élire le nouveau monarque bovin, digne représentant de l'espèce bazadaise. Les jurés, en costumes traditionnels, ont clôturé le cortège.

Jour de fête, et pourtant la grogne

Il y a quelques semaines, le pays était sous tension face à la gronde des agriculteurs. La crise de la paysannerie entraînait le "siège de Paris" et le blocage des principaux axes de circulation. Et le Sud-Ouest n'était pas en reste. Le contraste entre les deux événements est net, et c'est l'occasion pour les éleveurs de parler à tout un chacun des réalités de leur métier, de l'état actuel de la paysannerie en France.

La fête n'en a pas perdu son atmosphère chaleureuse . Les cantaires ont donné de la voix, les panses étaient pleines et le Roi des Boeufs a été élu : c'est l'animal de Vincent Ducasse qui l'a emporté cette année.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don