Accueil
Après les investigations des violences sexuelles, y-a-t-il quelque chose à faire?
Partager

Après les investigations des violences sexuelles, y-a-t-il quelque chose à faire?

Un article rédigé par Marie-Jo Thiel - RCF Alsace, le 30 mai 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
Au-delà des abus · RCF Alsace Après les investigations des violences sexuelles, y-a-t-il quelque chose à faire ?

L’IRM fonctionnelle s’appuie sur des mesures de l’activité électrique et/ou métabolique. Conséquemment ne peut-on tenter de contrôler les violences sexuelles en agissant par ce biais?

© Pixabay © Pixabay

Il n’est pas exclu en effet qu’on puisse modifier des comportements en agissant sur le cerveau soit par stimulation électrique extérieure, soit par des puces: on le fait déjà « accidentellement » en essayant de soigner certaines pathologies comme le Parkinson, ou certaines douleurs difficiles à traiter autrement, ou en utilisant cette stimulation pour améliorer des capacités sportives… Mais cela reste aujourd’hui un problème de société. Un autre lieu d’intervention porte encore les réactions au stress.


L'Église catholique face aux abus sexuels sur mineurs, publié chez Bayard en 2019 propose un tour exhaustif de la douloureuse crise qui ébranle l'Église. Son auteure, Marie-Jo-Thiel, médecin, philosophe, théologienne, éclaire chaque semaine cette lecture de façon très pédagogique. Au-delà des Abus, chaque lundi à partir de 19h10 sur RCF Alsace.

 

Découvrez tous les programmes de RCF Alsace en cliquant ici.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don