Accueil
Prix Abbé Fouque: Suzy, héroïne du quotidien
Partager

Prix Abbé Fouque: Suzy, héroïne du quotidien

Un article rédigé par Sophie Lecomte - Dialogue RCF (Aix-Marseille), le 22 février 2024  -  Modifié le 22 février 2024
Carrefour Catholique Prix Abbé Fouque: Suzy, héroïne du quotidien

Après une absence durant les années COVID, le prix du mérite de l’Abbé Fouque a été relancé en décembre 2023. Trois salariés: Suzy, Fanny, Philippe et Yacin, un jeune accueilli au sein des œuvres, sont les lauréats de ce prix qui récompense le professionnalisme et l’engagement puisés dans les valeurs du célèbre abbé marseillais, fondateur de l’hôpital Saint Joseph.
Rencontre avec Suzy, Marina Lebouteiller, cadre de santé à l’hôpital Saint Joseph et Olivier Reggio, président de l’Union des œuvres et amis de l’abbé Fouque.
 

Equipe du prix Abbé Fouque dans les studios marseillais de ©Dialogue RCF Equipe du prix Abbé Fouque dans les studios marseillais de ©Dialogue RCF

“Une béquille, un repère, un soleil pour nos patients”, Marina Lebouteiller, cadre de santé en oncologie à l'hôpital Saint Joseph à Marseille, ne tarit pas d’éloges sur Suzy, agent des services hospitaliers qui travaille dans son service. Toujours un mot gentil pour ses patients qu’elle adore, elle leur confectionne des décorations à Noël ou à l’occasion d’octobre rose, mois de prévention pour le dépistage du cancer du sein. 


Derrière le micro, on la sent réservée, Suzy. Après tout, il est parfois difficile de raconter ce qui est naturel et quotidien. Suzy a l’élégance de la discrétion, cette discrétion des petits actes, anodins en apparence mais tellement concrets et réconfortants quand on traverse l’épreuve de la maladie. Tel un ange, Suzy accompagne les patients de son service, par des choses simples: un café, une douceur, une couverture apportée à un moment de découragement ou de mélancolie…

Un travail quotidien du soin qui fait écho aux valeurs de l’Abbé Fouque

Une attention quotidienne aux malades, aux personnes fragiles qui rappellent les valeurs portées par l’Abbé Fouque, surnommé “le saint Vincent de Paul marseillais” qui a vécu au XIXe siècle. Béatifié en septembre 2018, il faisait preuve “d’une charité zélée qui trouvait sa source dans une vie de prière fidèle et fervente,” comme le raconte Mgr Bernard Ardura, postulateur de sa cause en béatification (source Eglise à Marseille). Il ne reste plus qu’un miracle pour qu’il soit canonisé.

 

Pour approfondir, cf le livre de Mgr Bernard Ardura, “le téméraire de la charité” aux éditions Jeanne Laffitte.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Carrefour Catholique - Le magazine des paroisses catholiques sur Dialogue RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Carrefour Catholique

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don