Accueil
La Cop 27 en Egypte : pour quoi faire?
Partager

La Cop 27 en Egypte : pour quoi faire?

Un article rédigé par Shamba Taguy - Dialogue RCF (Aix-Marseille), le 18 novembre 2022  -  Modifié le 18 novembre 2022

La ville égyptienne de Charm-El-Cheikh accueille la 27ème édition de la COP, événement majeur du calendrier climatique international qui a lieu chaque année. Du 6 au 18 novembre, les différents représentants d’Etats se retrouvent pour aborder les moyens de lutter contre le réchauffement climatique 

©écologie ©écologie

La COP 27 qui se déroule du 6 au 18 novembre à Charm-El-Cheikh en Egypte vise, conformément à son thème “l’adaptation”,  à  imaginer les moyens techniques, financiers, et scientifiques face à l’ampleur du problème climatique et de ses conséquences.  Cette Cop 27 s’oriente spécifiquement cette année vers les pays du Sud avec l’allocation de 100 milliards par an à ces Etats afin de les accompagner dans leurs  transitions écologiques.

 

 

“C’est sur la base d’un consensus de la communauté scientifique que les discussions vont s’entamer dans les différentes Cop” souligne Frédéric Baudin, pasteur de l’église protestante évangélique libre à Aix et auteur du livre “la Bible et l’écologie”. Mais la difficulté repose notamment  sur la conciliation des intérêts entre les pays du Sud qui tendent à s'industrialiser et les pays du Nord, les plus pollueurs. 

 

La Provence face au défi écologique

“Notre Région est la deuxième plus polluante à l’échelle nationale” affirme Frédéric Baudin, “notamment en raison de ses industries”. Par exemple l'étang de Berre qui concentre une activité industrielle forte dans la métallurgie, pétrochimie ou encore la cimenterie “particulièrement polluante”.   

 

 

A cela s'ajoute la question de l’urbanisation de la région “On passe d’un espace à l’autre avec une voiture parce que pratiquement il n’y a aucune autre solution” témoigne Frédéric Baudin.  Par exemple entre Aix et Marseille. “Je circule en vélo et c’est très difficile” pointe du doigt le pasteur, regrettant le manque d’adaptation de l’aménagement de la ville à un moyen de transport peu polluant comme le vélo. 

 

 

Mais le pasteur veut se montrer optimiste : “Si on aime notre prochain, on prend soin de l’air qu’il respire” 
 

 


 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don