Accueil
Des jeunes engagés pour bâtir un monde durable et fraternel

Des jeunes engagés pour bâtir un monde durable et fraternel

Un article rédigé par Melchior Gormand, Mélissa Leclerc - RCF,  -  Modifié le 7 janvier 2022
Je pense donc j'agis En 2022, quel engagement politique de la génération Laudato Si ? 2/2

À l’aube de la prochaine élection présidentielle, des jeunes et moins jeunes s’engagent pour tenter d’intégrer leur vision de la société au quotidien par différentes actions, qui ne sont pas uniquement politiques.

© Adroto / Pixabay © Adroto / Pixabay

S'engager oui, mais pour quoi ?


L'engagement et la politique sont bien souvent étroitement liés, mais s'engager, est-ce seulement défendre une idée ? Pour François Mandil, "c’est défendre un projet collectif, construire du commun, on peut réussir à changer d’avis si on arrive à se confronter avec d’autres". L’écologie est un domaine où de plus en plus de jeunes s’engagent, c’est le cas de Martin Robilliard. Le jeune homme et son épouse se sont lancé dans "la restructuration d'un ancien monastère en Saône et Loire, en besoin urgent de repreneur. Le projet est de construire un habitat partagé avec une vie de prière et un engagement écologique commun".

À l’échelle internationale, Alexandre Poidatz de l’ONG Oxfam France agit pour répondre aux conséquences et aux causes profondes de la pauvreté dans le monde : "je rencontre les décideurs politiques pour les sensibiliser à cette lutte contre les inégalités et à l’écologie" explique-t-il. Quant à Floriane Louvet, chargée de mission au CCFD-Terre solidaire, elle se mobilise "en faisant le lien avec des organisations locales en Amérique latine Je me sens au quotidien témoin d’hommes et de femmes qui s’engagent sur des questions de lutte contre les inégalités" décrit-elle. 

 

Un besoin de créer du lien social


Se rassembler autour d’un engagement, c’est également tisser du lien. "Le lien social est très important. Je crois en la force des communautés à créer, on a besoin de recréer des espaces à taille humaine" considère François Mandil. Un désir partagé par Floriane Louvet : "l’enjeu en milieu rural et urbain, c’est comment réussir à faire dialoguer des sphères de la société qui d’habitude, se rencontrent peu. On vit dans une société ultra fragmentée où chacun vit dans son silo".

Enfin, Martin Robilliard estime qu'il y a un désir de quitter les métropoles : "On aspire à rejoindre une dynamique qui existe. On a rencontré des gens sur le territoire et les liens ou dynamiques dans les territoires ruraux sont différents".

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don