Accueil
RCF Des graines du bout du monde pour végétaliser les villes françaises
Partager

Des graines du bout du monde pour végétaliser les villes françaises

Un article rédigé par Charlotte Mongibeaux - RCF Lyon, le 17 juin 2024  -  Modifié le 18 juin 2024
Commune Planète autour de Lyon Des graines du bout du monde pour végétaliser les villes françaises

Depuis quelques années, les projets de plantations d'arbres et de végétation en ville se multiplient. Lutter contre les ilots de chaleur est devenue une priorité dans les espaces les plus densément peuplés. L'État, de son côté, a promis de planter un milliard d'arbres d'ici 2032 après l'été caniculaire de 2022. Dans les pépinières, les commandes s'accumulent. Focus sur les pépinières Soupe dans l'Ain qui recherchent des essences résilientes au dérèglement du climat. 

Vue de Lyon ® Nathan J via Unsplash Vue de Lyon ® Nathan J via Unsplash

C'est un grand passionné de végétaux. Daniel Soupe a fondé sa pépinière, il y a cinquante ans, dans le petit village de Châtillon-sur-Chalaronne (Ain). D'abord spécialisé dans les plantes indigènes, il a très vite défendu l'idée de remettre la nature en ville. « Pas dans les moeurs » à cette époque, « la nature en ville a fait son chemin parce qu'aujourd'hui elle est reprise par tous les services des espaces verts » se réjouit-il. 

La nature en ville a le vent en poupe 

Les pépinières Soupe travaillent avec « 80% des collectivités territoriales ».  Dans la métropole de Lyon, ils participent à la plantation de 300 000 arbres, engagement du mandat écologiste depuis 2020. « On va récolter les graines dans plusieurs pays. Ensuite, les arbres naissent à Châtillon-sur-Chalaronne. L'année suivante, les jeunes plants sont repiqués dans des pépinières de premier élevage dans des productions intensives. Quand ils atteignent trois mètres, on les transplante pour qu'ils grossissent » avant qu'ils ne soient planté définitivement, égraine Daniel Soupe. 

Des essences habituées aux températures extrêmes 

Aujourd'hui, Daniel Soupe parcourt le monde entier pour trouver des essences adaptables au dérèglement du climat. Avec des étés chauds et secs, « certains végétaux indigènes en France ne sont pas résistants », constate-t-il, « il faut aller chercher des arbres dans des pays avec des températures extrêmes ». Il partait cette semaine au Tadjikistan pour trouver des essences à planter prochainement dans la métropole de Lyon. 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Commune Planète autour de Lyon
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Commune Planète autour de Lyon

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don