Accueil
RCF À Entrelacs, Cyclik a imaginé un vélo éco-conçu, en bambou !

À Entrelacs, Cyclik a imaginé un vélo éco-conçu, en bambou !

Un article rédigé par Violaine Rey - RCF Savoie Mont Blanc - RCF Savoie - RCF Haute-Savoie - RCF, le 19 juin 2024  -  Modifié le 21 juin 2024
Commune Planète Exit le carbone ou le titane : en Savoie on opte pour les vélos en bambou !

Tous les amateurs de cyclisme le savent : un bon cadre de vélo se doit d’être léger, en titane, en carbone ou en acier ! Mais l’efficacité a trop souvent primé sur le confort ! La société Cyclik, basée en Savoie, à Entrelacs, a imaginé un vélo fait de bambou et de lin qui ne laisse ni l’environnement, ni le plaisir sur la touche ! 
 

A Entrelacs, la société Cyclik fabrique des vélos électrique (ou non) à base de bambou et de lin - © Cyclik A Entrelacs, la société Cyclik fabrique des vélos électrique (ou non) à base de bambou et de lin - © Cyclik

Tout part d’un constat personnel

 

De ses dix ans comme cycliste de haut-niveau, Félix Hébert garde en mémoire le goût de l’effort, l’esprit d’équipe, mais aussi les douleurs dorsales ! “Quand j’étais compétiteur, je roulais sur des vélos en carbone qui sont très légers, très performants, mais sont très rigides et très exigeants pour le corps” , explique-t-il. “Moi, je souffrais de douleurs dorsales et de douleurs aux cervicales”. 

Une fois la compétition terminée, Félix se promet donc de laisser les vélos classiques au garage et de trouver un moyen d’allier efficacité et confort dans sa pratique. 
Rapidement, le sportif fonde Cyclik et se tourne vers deux matières très peu utilisées en France : le bambou et le lin. “J’ai cherché des matériaux qui étaient en mesure d'absorber, de filtrer les vibrations, c’est là que j’ai découvert la matière végétale et notamment la fibre de bambou”.

Les tubes lamellés/collés sont la base des cadres - © Cyclik
Les tubes lamellés/collés sont la base des cadres - © Cyclik

Réduire l’impact environnemental de la fabrication

 

Aujourd’hui Cyclik propose des vélos plus souples et confortables grâce à des tubes faits de bambou et des éléments de liaison en lin. Un plaisir pour les pratiquants, mais aussi pour l’environnement. On réduit de 96 % les émissions de CO2 par rapport à un cadre en aluminium, qui lui, est fabriqué en Asie” détaille Félix Hébert. “Notre lin pousse en Normandie (...) pour le bambou, on va s’approvisionner soit à la bambouseraie d'Anduze, soit en Catalogne, donc on reste assez proche”.

À la fin de la durée de vie du vélo (estimée à 12 ans par l’ADEME), ces matériaux ont droit à une deuxième vie : le cadre est composté et les équipements annexes, comme la batterie du vélo électrique, sont réparés ou recyclés à Lyon grâce à la société Doctibike.
Dernier avantage des vélos éco-conçus : le prix. Contrairement à d’autres équipements à forte valeur environnementale, il n’est pas nécessaire de dépenser plus pour se l’offrir. Le vélo électrique Cyclik affiche un prix de 3 600 €, quand un vélo classique vendu chez un détaillant, vaut, en moyenne 3 000 €.

 

L’actu en bref

  • Les fortes chaleurs ont débuté, dans les réserves naturelles des Pays de Savoie, on veille à ce que fraîcheur et tourisme riment avec préservation de l’environnement.
  • L’observatoire de la qualité de l’air, Atmo, propose de réaliser un diagnostic de domicile pour lutter contre la pollution, mortelle, aux particules fines.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Commune planète · RCF Savoie Mont-Blanc
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Commune Planète

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don