Accueil
Un automne cruel

Un automne cruel

Un article rédigé par Alexis Wolff - RCF Rennes,  -  Modifié le 17 juillet 2023

Nouvelle émission sur le genre policier où les enquêtes s'entremêlent à l'histoire, à l'humour et au monde mafieux.

Un automne cruel (Un été cruel & Reckless de Brubaker et Phillips - Delcourt / Contrapaso de Valero - Dupuis / Leo Loden de Nicoloff et Carrère -Soleil) Un automne cruel (Un été cruel & Reckless de Brubaker et Phillips - Delcourt / Contrapaso de Valero - Dupuis / Leo Loden de Nicoloff et Carrère -Soleil)

 

Un été cruel de Brubaker et Phillips chez Delcourt5/5
Un été cruel (Brubaker et Phillips - Delcourt)
Au cours de l'été 1988, Teeg Lawless met au point le plus gros braquage de sa carrière. Mais Ricky, le fils de Teeg, et ses amis, s'engagent sur la même voie que leurs pères, et cela va devenir le pire été de leur vie. Un Été cruel est une épopée où la tragédie se transmet de génération en génération. Chef-d'oeuvre des maîtres noirs les plus célèbres de l'industrie, Brubaker et Phillips.

Criminal est une série incontournable pour tout amateur de polar. Le scénariste le dit d’ailleurs lui-même : on peut concevoir la série comme une tapisserie, ou une fresque. Alors si les fans se réjouiront de ce flashback qui revient sur le passé de Leo, mais aussi et surtout de Ricky et Teeg Lawless, on rassure celles et ceux qui n'ont pas encore goûté à cet univers: Un été cruel peut se lire indépendamment et reste une formidable porte d'entrée à cette série.

[Un été cruel] est une lente descente aux enfers qui nous offre une épopée où la tragédie se transmet de génération en génération. Un thriller psychologique qui n’oublie cependant pas l’action, avec des images fortes et des chapitres qui se relancent l’un vers l’autre, le tout accompagné d’une voix off digne de nos polars favoris. C’est encore du grand art de la part du duo Brubaker et Phillips.

Un été cruel (Brubaker, Phillips - Delcourt)

Reckless, T1 de Brubaker et Phillips chez DelcourtReckless (Brubaker et Phillips - Delcourt)
Reckless (Brubaker et Phillips - Delcourt)
Ethan Reckless est un ancien étudiant radical. Son job? Régler les problèmes. Toutes sortes de problèmes, quels qu'ils soient... à condition d'y mettre le prix. Les activités d'Ethan Reckless lui ont fait rouler sa bosse, comme on dit. Et il ne craint pas grand-chose... Si ce n'est que son passé le rattrape. Et cela semble bien être le cas...

Le scénariste, grand fan des détectives fictifs que lisait son père, avouait que le personnage de Reckless pourrait devenir un compagnon de route sur le long-terme pour les prochaines décennies de sa carrière en fonction des envies et du succès de son personnage. Reckless est un ouvrage conseillé aux amateurs de polars hard-boiled, basiques, typiques des années 80, période à laquelle se déroule justement notre histoire. Dans ces ouvrages, on retrouve de nombreux stéréotypes du polar, la violence y est très présente et l’écriture est moins fine que dans la série CRIMINAL du même duo d'auteur, mais c’est un souhait du scénariste de coller à cet esprit série B. Au dessin, c'est sans surprise que l’on retrouve un Sean Phillips au style reconnaissable entre mille et qui bénéficie, une nouvelle fois, d'une colorisation réalisée par son fils, pour un visuel aux couleurs plutôt rétros. Le trait est là aussi plus grossier, moins fin que sur CRIMINAL mais colle parfaitement au propos pulp de cette nouvelle série.
Reckless (Brubaker et Phillips - Delcourt)


 

Contrapaso, T1 Les enfants des autres, de Teresa Valero chez Dupuis Contrapaso (Valero - Dupuis)
Contrapaso (Valero - Dupuis)

Contrapaso est une enquête au long cours, magistralement orchestrée sur près de 150 pages par Teresa Valero.

À Madrid, en 1956, à la rédaction de La Capital, tout semble opposer Léon Lenoir, le jeune reporter fougueux qui vient de débarquer de Paris, et Emilio Sanz, un vétéran des faits divers, aguerri aux pratiques de la presse dans cet état policier. Ces deux-là ont en commun ce besoin de vérité chevillé au corps et les quatre vertus désignées par Camus qui permettent au journaliste de rester libre même en dictature : la lucidité, le refus, l'ironie et l'obstination. Aidé par la charmante Paloma Rios, illustratrice, le duo remonte la piste d'un meurtre pour découvrir le sort des femmes victimes de la dictature au lendemain de la guerre civile.

Avec son suspense et ses rebondissements de grand spectacle, le polar perce surtout le mystère des théories racistes et déterministes de l'idéologie fasciste, en mémoire des crimes de la dictature, dans la perspective de l'héritage.

Teresa Valero se sert de son polar à l’épaisse pagination pour fournir aux lecteurs un travail minutieux et bien ficelé, très détaillé, et extrémement documenté, qui nous raconte comment le pire devient banal. Au dessin, elle fait parler son expérience passée dans l’animation qui dynamise sa mise en page et son trait. On aime son style que certains rapprochent de Will Eisner et aussi et surtout de son collègue Juanjo Guarnido, le dessinateur de Blacksad et des Indes Fourbes. Teresa Valero fait preuve d’un véritable talent graphique avec une mise en couleur rappelant l’aquarelle, mise en couleur aussi réussie que le dessin
Contrapaso (Valero -Dupuis)


 

Léo Loden, T28 Carmina Burrata, de Nicoloff et Carrère chez Soleil3/5
Leo Loden (Nicoloff, Carrère - Soleil)

Retour à Marseille pour Léo et Tonton, pour une enquête mélomane et décoiffante dans le milieu de l'opéra !

Diane est remplaçante à l'opéra de Marseille. À l'occasion d'une adaptation controversée de Carmen, elle endosse le premier rôle pour le meilleur et surtout pour le pire. Qui dans l'entourage de la production a intérêt à voir la pièce sabotée? Leo et Tonton doivent faire toute la clarté sur ces accidents à répétition qui font de plus en plus figure d'attentats.

Le cadre est connu, le descriptif des lieux visités se fait façon guide du routard revisité. On retrouve quelques caricatures de personnalités, sans oublier Marlène, la compagne de Léo et ses deux enfants maintenant dans les pattes de notre détective préféré qui doit désormais jongler entre son travail et sa vie de famille. Une bonne dose d’humour et le contrat est rempli. Pas grand chose de neuf, mais quand c’est fait avec réussite on ne boude pas vraiment son plaisir.
Leo Loden (Nicoloff, Carrère - Soleil)


Programmation musicale :

Bang Bang, Nancy Sinatra

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don