Accueil
Rock Boivin, l'un des derniers trappeurs canadiens
Partager

Rock Boivin, l'un des derniers trappeurs canadiens

RCF,  -  Modifié le 17 juillet 2023
Visages Rock Boivin, l'un des derniers trappeurs canadiens
Il est l'un des derniers trappeurs de l'Ouest canadien. Depuis 40 ans Rock Boivin vit dans les montagnes du Yukon. Rencontre avec un homme transformé par sa relation avec la nature.
DR - Rock Boivin et sa femme Kathryn DR - Rock Boivin et sa femme Kathryn

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS : LES REDIFFUSIONS DE RCF - Dans le contexte d'épidémie de coronavirus, les équipes RCF se mobilisent pour vous informer, vous accompagner et permettre à tous de rester en communion par la prière. Durant cette période de confinement, RCF vous propose de réentendre des émissions pour vous évader et vous aérer.
> En savoir plus

 

Une vie de trappeur dans les grands espaces nord-américains, qui n'en a jamais rêvé, à la suite de Jack London ou de Nicolas Vanier? Rock Boivin est un authentique trappeur de l'ouest canadien, il vit depuis 40 ans dans les vastes territoires du Yukon, près de la frontière avec l'Alaska. Avec sa femme Kathryn, il publie "Rêves de trappeur" (éd. XO). "On est les derniers trappeurs", dit-il.
 

Les photos de son arrière-grand-père maternel, chercheur d'or au Klondike, faisaient rêver le jeune Rock

 

Un métier en voie de disparition

"C'est la fin, il y a des gens qui veulent s'y mettre, mais je leur donne pas 10 ans et après ça ce sera la fin." Pour Rock Boivin son métier est "en voie de disparition", car "les pays développés ont un mauvais regard sur la trappe" et préfèrent acheter de la fausse fourrure. Sur les 80.000 à 100.000 habitants de la baie d'Hudson jusqu'à l'Alaska, on compte 1.000 trappeurs actifs. "Et dans le Yukon tu en as moins que 100 qui sont actifs en ce moment, tous des vieux comme moi !" Et encore, trappeur, on ne l'est pas toute l'année, seulement l'hiver.
 

Le goût des grands bois

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce ne sont pas les lectures de Jack London qui ont influencé Rock Boivin. Né en 1960 au Québec, il a été encouragé, initié, par son père, qui n'était pas trappeur mais qui lui a donné "le goût des grands bois". Ce sont aussi les photos de son arrière-grand-père maternel, chercheur d'or au Klondike de 1910 à 1916 qui faisaient rêver le jeune Rock. Plus tard il a même retrouvé l'endroit où avec son frère ils avaient "miné". "Des photos jaunâtres, brunes, ça avait initié le rêve..." 

À 18 ans, il est parti pour l'Ouest. Aujourd'hui il regrette la façon dont il s'y est pris. "J'ai fait un coup vraiment minable, je leur ai dit que je partais pour quelques mois, et je savais dans mon cœur que je ne reviendrai pas." C'est que les trappeurs dans les années 70 étaient mal vus au Québec, on les appelle toujours des "coureurs des bois", et sont perçus comme des marginaux. Mais déterminé à partir, il n'a "pas eu le courage de briser le cœur de [ses] parents".

 

Émission réalisée en avril 2018

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don