Accueil
"Poussière blonde", la Marilyn intime de Tatiana de Rosnay
Partager

"Poussière blonde", la Marilyn intime de Tatiana de Rosnay

Un article rédigé par Vincent Belotti - RCF, le 6 février 2024  -  Modifié le 6 février 2024
Tu me remercieras plus tard "Poussière blonde", la Marilyn "intime" de Tatiana de Rosnay

Une femme de ménage dont la vie va être transformée après une rencontre avec Marilyn Monroe. C'est le thème de "Poussière blonde", le nouveau roman de Tatiana de Rosnay, publié ce 7 février chez Albin Michel. Comment est l'idée de cette complicité a priori improbable entre une star et une jeune employée anonyme ? En quoi fait-il aussi écho au parcours personnel de l'écrivaine ? Confidences d'une auteure à succès qui a su aussi trouver sa place.

©Albin Michel ©Albin Michel

"Quel est votre prénom ? Pauline, madame …C’est joli, vous êtes du coin ? Je vis à Réno. Mais je suis née à en France, à Paris.  A Paris, répéta Mrs Miller , comme si Pauline venait de prononcer un mot magique. Et son visage s’illumina." Dialogue banal entre une femme de ménage et la cliente d'un hôtel ? En apparence, puisque Mrs Miller n’est autre que ... Marilyn Monroe ! Une rencontre qui va transformer toute une  vie.

 


 

"Cela faisait longtemps que j’avais envie d’ écrire sur Marilyn Monroe", confie Tatiana de Rosnay. Mais quoi dire de nouveau sur cette icône du cinéma dont on ne compte plus les documentaires ou biographies ? Et puis, il y a deux ans, en écrivant un autre livre, le déclic : "J'ai compris que mon angle d’attaque serait le regard de quelqu’un d’anonyme, d’ordinaire qui va croiser le chemin de la star à un moment compliqué de la vie de celle-ci."

Ce "moment compliqué", il se situe à l’été 1960  à Réno, capitale du jeu et du divorce du Nevada.  Une ville qui va servir de base au tournage du nouveau film de John Huston, "Les Misfits", en français, "Les Désaxés". En tête d’affiche, Clark Gable, Montgomery Clift et Marilyn Monroe, qui a élu domicile au Mapes, l’un des palaces de cette cité aux portes du désert.

 

La rencontre de deux "cabossées" par la vie

Une star pourtant loin de l’image de la blonde glamour hollywoodienne. Assommée par l'alcool et les somnifères, en pleine séparation avec son mari, le dramaturge Arthur Miller après le scandale de sa liaison avec   Yves Montand. Une actrice qui doute de son talent, rongée par la douleur de ne pas avoir pu avoir d’enfants.

Pour autant, pas question de "décrire une épave", pour Tatiana de Rosnay. "La Marilyn que je présente reste assez joyeuse." souligne l’écrivaine. "Elle garde son sens de l’humour, bien entourée par sa clique, son maquilleur, sa coiffeuse, son masseur et sa coach, Paula Strasberg." Une bande que va peu à peu intégrer Pauline, jeune mère célibataire, embauchée pour récurer les toilettes au sous-sol pour survivre, après avoir renoncé à des études de vétérinaire, une fois tombée enceinte.

Au fil des jours et des pages, va peu à peu se nouer une complicité entre les deux femmes, une sorte de "sororité" entre ces deux "cabossées" de la vie. Pas une amitié, mais "une jolie rencontre", tient à préciser l’auteure. Une relation qui, guidée par Marilyn,  va permettre à Pauline de reprendre confiance en elle, croire en sa beauté et se sortir enfin d'une existence médiocre.

 

L'écriture pour trouver sa place

Croire en soi et tracer sa route, malgré les obstacles. Une situation qui fait aussi écho au propre parcours de Tatiana de Rosnay, petite–fille d’ambassadeur britannique, fille de Joël de Rosnay, grand scientifique et accessoirement pionner du surf en France, sans oublier son oncle, le jet-setteur Arnaud de Rosnay, mystérieusement disparu en 1984, alors qu'il traversait la Mer de Chine en planche à voile. Une blessure qui reste toujours vive. "Je suis née dans une famille où il y avait des personnages très illustres et c’est vrai que j’étais une petite fille timide, très sensible." reconnait la romancière.

Sa place, elle va la trouver dans l'écriture, dès l'âge de 10 ans. Une sorte de refuge, de "territoire à soi" qui va la conduire plus tard à la célébrité.  "Hier, j’étais la fille de. Aujourd’hui, c’est l’inverse et mon père doit s’y habituer", dit en souriant l’auteure de "Elle s’appelait Sarah", succès mondial en 2006, devenu film en 2010.

 

Poussière d'étoile

Retour à "Poussière blonde". Celle aussi des immensités du désert du Nevada. Nuages âcres soulevés par les mustangs, ces chevaux sauvages, symbole de liberté,  pourtant capturés pour finir en pâtée pour chiens. Une traque sans pitié, illustrée dans l'une des scènes clé du film de Huston, où le personnage de Roselyn, incarnée par l’actrice, hurle sa rage et son dégout face aux cow boys meurtriers. Parallèle troublant avec la vie d’un sex symbol jeté en pâture aux media.

"Les Misfits", film crépusculaire, le dernier de Clark Gable, qui succombera peu de temps après d'une crise cardiaque. Le dernier complet aussi de Marilyn, retrouvée morte deux ans plus tard.  Quant au Mapes, trop vétuste, il sera détruit en 2000. Reste cette "Poussière blonde", l’histoire d’une belle rencontre, avec une Marilyn intime et généreuse, poussière d’étoile pour l’éternité. 

 


"Poussière blonde" de Tatiana de Rosnay, publié aux éditions Albin Michel
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don