Accueil
Marguerite de Navarre
Partager

Marguerite de Navarre

Un article rédigé par Claire Barberis-Giletti - RCF Bordeaux, le 26 juillet 2023  -  Modifié le 26 juillet 2023
Histoire vagabonde : le podcast Les reines et favorites : Marguerite d’Angoulême

Dans Histoire Vagabonde sur RCF Bordeaux, nous partons cet été à la rencontre des reines et favorites de Nouvelle-Aquitaine. Monique du Fresnel nous présente pour ce deuxième épisode la vie de Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre et sœur de François Ier. 

 

RCF Bordeaux RCF Bordeaux

Fille aînée de Louise de Savoie et de Charles de Valois, Marguerite naît à Angoulême le 11 avril 1492. Après la mort précoce de son père, elle est élevée par sa mère, qui choisit de se concentrer sur l’avenir de son fils François, de deux ans plus jeune que Marguerite, et héritier potentiel du trône de France. 

Marguerite grandit à Cognac puis à Blois où elle reçoit une solide éducation. En 1509, à 17 ans, on lui fait épouser le Duc d’Alençon qu’elle n’aime pas et avec lequel elle n’aura pas d’enfant. Elle revient par la suite à la cour de Blois et se rapproche de son frère qui devient roi de France le 1er janvier 1515 sous le nom de François 1er. 

A partir de 1521, Marguerite se met à écrire des méditations. Trois de ses œuvres exprimant ses idées religieuses seront publiées : “Le Dialogue en forme de vision nocturne”, “Le Miroir de l’âme pécheresse” et “L’Oraison de l’âme fidèle”.

Le 24 février 1525,  François 1er est battu et fait prisonnier par Charles Quint lors de la bataille de Pavie. Son mari, Charles d’Alençon, meurt sur le champ de bataille. Elle se retrouve ainsi veuve à 33 ans. Marguerite demande à rencontrer Charles Quint pour obtenir la libération de son frère, mais l’empereur refuse. Finalement, François 1er sera libéré en échange de ses deux fils restés en Espagne comme otages.

A son retour en France, elle épouse en 1528 Henri d’Albret, roi de Navarre et devient alors reine de Navarre. L’année suivante, elle donne naissance à une fille, Jeanne, qui sera connue sous le nom de Jeanne d’Albret, future mère d’Henri IV. Mais quelque temps après, la vie de Marguerite s’assombrit. Elle donne naissance à un garçon qui meurt au bout de six mois, puis c’est au tour de sa propre mère, Louise de Savoie, de s’éteindre. 

Sa seule enfant, Jeanne d’Albret, est donc l’unique héritière du Royaume de Navarre, qui n’était pas soumis à la loi salique. Marguerite de Navarre cherche à agrandir son royaume en demandant à Charles Quint la restitution des terres espagnoles de Navarre, mais elle échoue. C’est également à cette même période qu’elle éveille la suspicion des catholiques intransigeants, qui voient d’un mauvais œil ses idées parfois progressistes.

Craignant pour ses idées, elle retourne sur ses terres de Navarre où elle y tient une cour brillante et échange avec les plus grands intellectuels de son temps. Après la mort de son frère en 1547, elle se réfugie dans le mysticisme, la poésie, et l’écriture. Elle commence son œuvre majeure - l’heptaméron - qui ne sera jamais terminée. 

Peu après le mariage de sa fille avec Antoine de Bourbon en 1548, elle revient à Cauterets puis à Pau, pour y effectuer une cure thermale. Elle y prend froid et meurt près de Tarbes le 21 décembre 1549. Elle est inhumée dans la cathédrale de Lescar, nécropole des rois de Navarre, à quelques kilomètres de Pau.


 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don