Accueil
Loto du patrimoine : vrai jackpot pour les bénéficiaires ?
Partager

Loto du patrimoine : vrai jackpot pour les bénéficiaires ?

Un article rédigé par Florian Perray - RCF Anjou, le 18 septembre 2023  -  Modifié le 21 septembre 2023
Dossier de la rédaction de RCF Anjou Que sont devenus les 1er lauréats du Loto du Patrimoine en Anjou ?

Samedi, la Mission Stéphane Bern a remis un chèque symbolique de 330 000 euros à l’association de défense du Moulin du Pavé aux Garennes-sur-Loire. Le Loto du Patrimoine, un dispositif créé en 2018, qui a aidé huit sites en six éditions en Anjou avec de nombreuses réussites. Mais le démarrage n’a pas été forcément idyllique.

Philippe Cauwel, président de l'association des "Amis du Moulin de Brissac", devant le moulin @Archives RCF Anjou Philippe Cauwel, président de l'association des "Amis du Moulin de Brissac", devant le moulin @Archives RCF Anjou

En 2018, le premier lauréat angevin du Loto du patrimoine se situe à Challain-la-Potherie. Geneviève Karlsson, propriétaire du manoir de la Cour des Aulnays, bâtiment du XVème-XVIème siècle, demande une aide de 250 000 euros. Demande validée.
Problème : il faut avancer 10% de la somme pour débloquer le début du financement. Un véritable casse-tête pour la propriétaire.

 

J’ai eu quelques mois pour trouver 25 000 euros, sauf que je n’en ai pas les moyens ! On m’a répondu « Vous n’avez qu’à demander un rallongement de votre crédit à votre banque. » Mais c’est impossible pour moi !

 

 

Sans oublier qu’il est nécessaire d’avancer le coût des travaux aux artisans pour pouvoir profiter des aides. Heureusement, grâce à une collecte de fonds menée tambour battant, tout se débloque…..pour un temps. Entre le passage du Covid et les soucis financiers, les travaux prennent beaucoup plus de temps que prévu.

Résultat : le chantier devrait enfin être terminé à la fin de l’année. Un projet mené aux forceps par Geneviève Karlsson qui aurait aimé être un peu plus aidée.

 

C’est vraiment un parcours du combattant. Je me rappelle que Stéphane Bern avait d’ailleurs souligné lors du bilan de la 1ère édition que c’était quelque chose qui manquait. Il faut une vraie assistance au maître d’ouvrage ! Parce que certains, comme moi, n’ont pas l’expérience, ne savent pas comment ça fonctionne et doivent apprendre au fur et à mesure. 

 

Geneviève Karlsson se dit pourtant « extrêmement reconnaissante » vis-à-vis de la Mission Patrimoine, sans qui rien n’aurait été possible.

 

Des problèmes sans lendemain en Maine-et-Loire ?

 

L’année suivante, en 2019, c’est le Prieuré de la Jaillette, situé à Segré, qui est sélectionné dans le département. Christophe Le Bret touche une aide de 22 000 euros, ce qui lui permet de restaurer fresques et peintures murales sans souci particulier. Le Segréen, constate tout de même que l’Etat a malicieusement corrigé le tir pour éviter toute ambiguïté.

 

C’est vrai que la notion de Loto donnait l’impression que les propriétaires avaient gagné le gros lot, mais ce n’est pas le cas ! Alors ils ont changé la formulation pour Mission Bern-fondation du patrimoine. C’est sûr que Mission Bern, ça porte moins à confusion… 

 

 

De son côté, la fondation du patrimoine admet avoir dû essuyer quelques plâtres lors de la 1ère édition. Mais aujourd’hui la mécanique est bien huilée promet Laure André, chargée de mission à la fondation du patrimoine des Pays de la Loire, pour qui les propriétaires privés doivent d'abord anticiper les future problèmes.

 

Beaucoup de propriétaires se lancent dans cette aventure sans avoir véritablement de connaissances dans le domaine. Ce sont des dossiers qui prennent beaucoup de temps. Il faut des accords de la Drac, de la région, du département…. Il faut se faire accompagner par un architecte du patrimoine, ça aide dans les démarches.

 

 

La fondation du Patrimoine reçoit, en moyenne, tous les ans, entre dix et quinze dossiers de candidatures rien qu’en Maine-et-Loire pour participer à cette Mission Patrimoine. Au total, en 6 ans, ce sont plus d’1 million 400 000 euros qui ont été versés grâce à ce dispositif en Anjou.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don