Accueil
Les Ouïghours, un peuple qui refuse de mourir

Les Ouïghours, un peuple qui refuse de mourir

RCF Rennes, le 28 octobre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
Marque Page Les Ouïghours, un peuple qui refuse de mourir

Éric Darbré, journaliste reporter français, a passé vingt-cinq années à enquêter dans la province du Xinjiang au Nord-Ouest de la Chine. Il a vu naître la contestation Ouïghoure, ce peuple musulman d’origine turque contre la Chine, la montée en puissance de la répression, les violences, les camps, les morts jusqu’au désastre actuel.

 

Les Ouïghours, un peuple qui refuse de mourir (Darbré, Franques - Marabulles) Les Ouïghours, un peuple qui refuse de mourir (Darbré, Franques - Marabulles)

Les Ouïghours, un peuple qui refuse de mourir d'Eric Darbré et Eliot Franques chez Marabulles4

Les Ouïghours, un peuple qui refuse de mourir (Darbré, Franques - Marabulles)

Éric Darbré, un journaliste reporter français, a passé vingt-cinq années à enquêter dans la province du Xinjiang au Nord-Ouest de la Chine. Il a vu naître la contestation Ouïghoure, ce peuple musulman d’origine turque contre la Chine, la montée en puissance de la répression, les violences, les camps, les morts jusqu’au désastre actuel.

Ce récit est l’histoire d’un combat journalistique pour donner une voix et un visage à un peuple écrasé par un régime autoritaire. Il offre aussi une réflexion sur les conséquences du travail de reporter : met-on en danger les témoins que l’on cite ? Comment ne pas décevoir leurs espoirs ? Comment se prépare un reportage ? Quels obstacles faut-il vaincre pour le réaliser puis le vendre à une rédaction ?

A travers la centaine de pages qui constitue l'album, nous revivons 25 ans de la vie d’Eric Darbré et de son combat journalistique. Nous le découvrons en 1996, jeune débutant qui, par hasard, va rencontrer deux personnalités ouïghours qui vont impacter sa vie. Une de ces personnes est Dolkun Isa, militant des droits de l'homme de l'ethnie ouïghoure. Depuis 2017, il est le président du Congrès mondial des Ouïghours. C’est la seule personne qui sera désignée par son vrai nom durant cet ouvrage car l’auteur, pour protéger les témoins qui risquent des représailles de la part du gouvernement chinois, a pris le choix de changer les patronymes des personnes rencontrées. Au fil des pages, on y découvre les difficultés d’être entendu au sein même des rédactions pour lesquelles il travaille. Nous voyons que les rédacteurs en chef ne voient pas l'intérêt de traiter d'un tel sujet - alors que le Tibet est déjà bien médiatisé - et l’on voit Eric Darbré qui doit négocier pour avoir le plus de pages possibles dans son journal et lorsque le sujet est évoqué il est moqué par ces chefs, quand ce ne sont pas les ministres eux-mêmes qui parlent de Yoghourts à la place des Ouïgours. L’album s’articule astucieusement sur des retours entre passé et présent et les réflexions de son auteur. Et l’on découvre peu à peu l’histoire de ce peuple qui subit un génocide. C’est ainsi que se termine le livre, avec la décision en 2021 de ce tribunal d’opinion à Londres qui qualifie donc par ce terme, la politique de rééducation soumis au peuple ouïghour. On finit scandalisé et atterré par la lecture de ce livre, en se demandant comment les gouvernements peuvent laisser faire et surtout comment des hommes peuvent faire ça à d’autres hommes de nos jours. Mais le journaliste reste objectif, et n’omet pas d’évoquer les violences sanguinaires de certaines mouvances extrémistes ouïghoures. Aujourd’hui, plus d’un million de personnes sont parquées dans des camps de détention en Chine ainsi que nous le révèle la fin du livre mais pour faire le tour complet de cette enquête bouleversante, il me faut évoquer la mise en image de ce récit par Eliot Franques. Dans un semi-réalisme, plutôt dépouillé (pas vraiment ma tasse de thé), il réussit à rendre complètement palpitante, la lecture de ce livre, en imaginant différentes mises en page selon les besoins de sa narration. Il arrive aussi parfaitement à restituer les regards marqués, sombres ou vides de ses protagonistes. A chaque génocide, des hommes et des femmes tentent de prévenir et ensemble nous disons « Plus jamais ça ». Et pourtant autour de nous les conflits s’entassent et l’on pense dernièrement à la guerre en Ukraine... et les souffrances de chaque peuple opprimé mérite bien évidemment notre attention et notre soutien. Les ouïghours ne sont aujourd’hui plus vraiment dans l’actualité si ce n’est par le combat de quelques voix comme celle d’Eric Darbré. Pour aller plus loin, vous pouvez voir sur la chaine de télévision LCP, le documentaire d’Éric Darbré, Ouïghours : Mécanique D'un Génocide Annoncé.

Les Ouïghours, un peuple qui refuse de mourir (Darbré, Franques - Marabulles)

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don