Accueil
"Le premier homme" d'Albert Camus, en bande dessinée, avec Jacques Ferrandez
Partager

"Le premier homme" d'Albert Camus, en bande dessinée, avec Jacques Ferrandez

RCF,  -  Modifié le 17 juillet 2023
Un lien fort unit Jacques Ferrandez à Albert Camus, l'écrivain mais aussi l'homme, l'enfant d'Alger. Le dessinateur vient de publier une adaptation en BD du dernier roman de Camus.
ManuelBraun _ GallimardBandDessinée2017 - Jacques Ferrandez ManuelBraun _ GallimardBandDessinée2017 - Jacques Ferrandez

Après "L'Hôte" (2009) et "L'Étranger" tomes I et II (2013 et 2015), Jacques Ferrandez adapte un nouveau roman d'Albert Camus en bande-dessinée, "Le Premier homme" (éd. Gallimard).
 

Albert Camus a une façon de "rendre hommage à une population qui a été extrêmement mal-aimée, c'est-à-dire tous ces pieds-noirs qui sont passés aux poubelles de l'histoire"

 

Camus, Ferrandez, L'Algérie au cœur

Un lien fort, intime, unit Jacques Ferrandez à Albert Camus, l'homme et l'écrivain. Un lien qui trouve ses origines en Algérie, où les deux hommes sont nés à plus de 40 ans d'écart. Jacques Ferrandez connaît bien le quartier Belcourt à Alger, où Camus a passé toute sa jeunesse. "Avant de connaître l'œuvre d'Albert Camus j'entendais parler de lui comme l'enfant du quartier".

Le dessinateur de BD a même fait de l'écrivain l'un des personnages de ses "Carnets d'Orient" (éd. Casterman), cette grande fresque sur l'histoire de la présence française en Algérie, qui a fait de lui l'illustrateur de BD reconnu de la question algérienne.
 


PORTRAIT â–º Jacques Ferrandez, l'orientaliste


 

Camus, la justesse du ton pour restituer une mémoire blessée

En lisant la BD du "Premier homme", on a nécessairement envie de relire le roman d'Albert Camus. Notamment pour cette sensibilité aux pauvres et aux petits que manifestait l'écrivain, et que met si bien en lumière Jacques Ferrandez. Cet aspect si caractéristique de l'œuvre de Camus, d'avoir su parler au nom de ceux dont la parole était refusée.

Ce qu'il retient, lui, Jacques Ferrandez, de l'œuvre de Camus, c'est une façon de "rendre hommage à une population qui a été extrêmement mal-aimée, c'est-à-dire tous ces pieds-noirs qui sont passés aux poubelles de l'histoire". La "justesse du ton pour restituer ce qui a été leur histoire": les pieds-noirs sont "des gens qui ont subi l'histoire, comme pourrait dire Camus".

Et en même temps que paraît "Le Premier homme", Jacques Ferrandez publie "Entre mes deux rives". Un ouvrage plus personnel, où il confie son "rapport à Camus, qui est aussi [son] rapport à l'Algérie et à la Méditerranée".
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don