Accueil
Le paradoxe Brassens
Partager

Le paradoxe Brassens

Un article rédigé par Stéphanie Gallet, Melchior Gormand, Mélissa Leclerc - RCF,  -  Modifié le 17 juillet 2023

Georges Brassens aurait eu 100 ans ce 22 octobre 2021. Cet immense artiste, poète, musicien, travailleur infatigable est un monument de la chanson et des lettres françaises. Il est aussi l’homme d’un paradoxe : athée convaincu, mécréant revendiqué, peu de chanteurs ont aussi bien que lui incarné dans ses chansons les valeurs de l’évangile.

Georges Brassens en concert au Théâtre national populaire, septembre-octobre 1966 ©Wikimédia commons Georges Brassens en concert au Théâtre national populaire, septembre-octobre 1966 ©Wikimédia commons

Le mécréant de Dieu

 

Georges Brassens n’était pas un saint comme le rappelle Jean-Claude Lamy, journaliste, écrivain et éditeur. Le parolier n’a jamais caché son athéisme mais il s'intéressait de près à la culture théologique : "Il m’a demandé si j’avais lu la Bible […] il a dit qu’on y trouvait beaucoup d’histoires, il aimait le personnage de Jésus". Il fréquentait et aimait fréquenter des gens de l’Eglise, l’un de ses meilleurs amis étant un abbé, qui disposait de sa "chambre de curé" quand il se rendait chez le chanteur à Paris.

 

Les copains d'abord

 

"L’artiste ressemblait à l’homme", c’est ce qu’on peut lire dans la préface du livre de Jean-Claude Lamy "Brassens auprès de ses arbres" signé par Clémentine de Roudille. Ce grand de la chanson française avait un grand cœur confiait ses proches. L’amitié était une valeur absolue pour lui. "C’était un ami, un vrai" témoigne le chanteur Maxime le Forestier qui côtoya Georges Brassens et a enregistré toutes ses chansons (Le Forestier chante Brassens, l’intégrale, 1er et 2e cahiers, Polydor et un livre Brassens et moi chez Stock) et d'ajouter "c’était un homme présent physiquement, par son œuvre ou sa légende à plusieurs moments importants de ma vie". Les copains d’abord, dans la vie et en chanson. Connue de tous, cette chanson avait été écrite sur commande pour le film Les copains en 1964 et reste l’un des plus grands succès de l’artiste.

 

Un homme solitaire mais jamais seul

 

Il est difficile d’évoquer Georges Brassens sans évoquer ses relations amicales ou amoureuses explique Jean-Claude Lamy. Après s’être échappé du STO en Allemagne pendant la guerre, il trouve refuge à Paris au 9 impasse Florimont chez Jeanne Le Bonniec et son mari, Jeanne qui deviendra sa muse.. Il rencontre Jeanne Le Bonniec, sa muse. Malgré leur trente ans d’écart, elle tombe sous le charme du chanteur. C’est elle-même qui lui achètera sa première guitare. Jeanne, l'héroïne de nombre de ses chansons, même si c'est pour Pupchen sa compagne qu'il écrira les plus belles chansons d'amour.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don