Accueil
L'alternance : une réponse à la crise de l'industrie ?
Partager

L'alternance : une réponse à la crise de l'industrie ?

Un article rédigé par Marine Samzun - Dialogue RCF (Aix-Marseille), le 14 février 2023  -  Modifié le 11 janvier 2024
Esprit d'Entreprise L'industrie au défi de l'alternance

Comment attirer les jeunes vers les métiers de l’industrie ? Les formations en alternance, de plus en plus plébiscitées dans de nombreux secteurs, séduisent de plus en plus de jeunes par leur aspect professionnalisant, mais aussi car elles permettent de soutenir des secteurs en tension, comme l'industrie. 

L'alternance : une réponse à la crise de l'industrie ? L'alternance : une réponse à la crise de l'industrie ?

"Aujourd'hui, l'alternance est le premier vecteur de recrutement en France. Dans la région Sud, 25 000 contrats sont signés en apprentissage chaque année et 15 000 en contrat de professionnalisation, tous alternants", précise Jean-Pierre Dos Santos, directeur du pôle formation de l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie) pour la région Sud. 

 

Dans ces secteurs en forte tension et qui peinent à recruter, l'alternance représente donc une opportunité de choix afin d'attirer de nouveaux profils et faire face à la demande de main d'oeuvre. "L'attractivité c'est l'enjeu numéro un et le point le plus difficile à traiter", concède le directeur. A l'heure de l'ouverture de la plateforme Parcoursup, le pôle formation de l'UIMM a organisé une soirée de l'orientation destinée à "attirer des jeunes, découvrir des métiers et accompagner ces orientations", poursuit Jean-Pierre Dos Santos. 

 

9 jeunes sur 10 embauchés après une alternance

 

"Les entreprises ont le temps de découvrir pendant un ou deux ans la nouvelle recrue", souligne le directeur du pôle formation de l'UIMM, ce qui explique "un taux de transformation de 92% dans ce secteur". Pour chaque alternant, "tout un cursus d'intégration est construit autour du métier et  accompagné par un référentiel, ce qui permet de faire aussi grandir les tuteurs", expose Jean-Pierre Dos Santos. Un parcours qui constitue, selon le directeur, "une première marche pour intégrer une entreprise, acquérir une expérience et obtenir un diplôme". 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don