Accueil
L'ADN de la France est-il éternel ?
Partager

L'ADN de la France est-il éternel ?

RCF, le 25 mars 2022  -  Modifié le 25 mars 2022
Les Racines du présent L'ADN de la France est-il éternel ? avec Jean-Pierre Jouyet

Des Gaulois réfractaires aux Français révoltés d'aujourd'hui, y a-t-il ou un plusieurs ADN français ? Dans son dernier ouvrage, "Notre vieux royaume" (éd. Albin Michel), Jean-Pierre Jouyet retrace notre histoire en y recherchant des constantes. Haut fonctionnaire, ancien ministre et ancien secrétaire général de l'Élysée, il est l'invité de Frédéric Mounier, avec François Ernenwein, journaliste à La Croix.

©Unsplash ©Unsplash

La France ou l'amour de la personnalisation du pouvoir

 

Des rois aux présidents, les français ont toujours aimé avoir des personnalités fortes pour gouverner le pays. Un besoin de savoir qui est le responsable de tout. Une nécessité symbolique qui incarne le rayonnement de la France mais également un personnage concret contre lequel le peuple puisse se rebeller. "Il y a toujours dans notre ADN, le fait qu'il nous faut un responsable, un pour assurer notre sécurité, l'autorité et un certain rayonnement de la France et deux pour pouvoir avoir une personne contre laquelle on a faire valoir tous ces droits" explique Jean-Pierre Jouyet.

 

Les français, des gaulois réfractaires au changement ?

 

En déplacement au Danemark, le président Emmanuel  Macron avait dit : "Il ne s'agit pas d'être naïf, ce qui est possible est lié à une culture, un peuple marqué par son histoire. Ce peuple luthérien, qui a vécu les transformations de ces dernières années, n'est pas exactement le Gaulois réfractaire au changement!". Pour Jean-Pierre Jouyet ce n'est pas tout à fait faux. Selon lui la période ou nous avons été les plus réfractaires au changement, était celle des mérovingiens où la période était troublée car nous ne savions pas par qui nous étions dirigés. C'est pour cette raison qu'après nous avons choisi d'avoir des souverains plus forts.

 

Pour cesser leur révolte les français ont besoin d'un dirigeant auxquels ils croient. Ca a été le cas avec Saint Louis ou Henri IV, après des soulèvements extremement sanglants comme les guerres de religions. Jean-Pierre Jouyet fait la comparaison avec François Hollande et Nicolas Sarkozy, qui ont été vivement critiqués pendant leurs mandats et à qui ont a reconnu par la suite un certain nombre de qualités. 

 

Les révoltes, un principe d'auto-régulation du système ?

 

Pour Jean-Pierre Jouyet, en France les révoltes permettent de réguler le pouvoir établi et ses représentants. Ce qui n'est pas le cas dans tous les pays. "Dans d'autres pays comme l'Allemagne ou le Royaume-Uni vous avez des réformes qui sont menés sagement et dans le temps [...] en France c'est plus après certains à-coups que vous voyez les réformes ou l'absence de réformes" explique l'auteur.

 

 

 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don