Accueil
La vie quotidienne des policiers : en immersion dans un commissariat

La vie quotidienne des policiers : en immersion dans un commissariat

Un article rédigé par Jeanne d'Anglejan - RCF, le 9 mai 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
L'Entretien de la semaine Enquête au cœur d'un commissariat : le journaliste Mikael Corre raconte

Pourquoi y a-t-il eu autant de violence lors de la crise des "gilets jaunes" ? Et qu'en pensent les policiers ? Tenus par un devoir de réserve, ceux-ci n'ont par le droit de parler. Il a fallu un an au journaliste Mikael Corre pour recueillir leurs impressions. Il s'est immergé dans le quotidien d'un commissariat à Roubaix pour réaliser une enquête au long cours.

Mickaël Corre, journaliste à La Croix ©Bayard récit Mickaël Corre, journaliste à La Croix ©Bayard récit

Alors que le journalisme est menacé par l'intelligence artificielle ou les coupes budgétaires, qui limitent toujours plus la durée des reportages sur le terrain, Mikael Corre s'est immergé durant un an dans un commissariat à Roubaix. Son enquête est parue dans La Croix L'Hebdo en janvier 2022. Il en a fait un livre, "Le Central" (éd, Bayard, 2023). 

 

Enquêter sur les violences policières

 

Enquêter sur les violences policières auprès des policiers. L'idée est venue lorsqu'au sein de La Croix L'Hebdo, on s'est demandé pourquoi il y avait eu autant de violences pendant la crise des "gilets jaunes". "J’ai voulu travailler cette question par la voix des policiers : on ne les entend pas", explique Mikael Corre. 

 

Chaque semaine, le magazine La Croix L'Hebdo permet à des journalistes de publier un très long article de 30.000 signes, ce qui est "colossal", estime Mikael Corre. S'il y a bien une chose dont il est reconnaissant envers sa rédaction, c'est de lui avoir donné l'opportunité de mener cette enquête, à une époque où les coupes budgétaires limitent toujours plus la durée des reportages sur le terrain. "Ce travail journalistique est une chance !" Et une marque de confiance, se réjouit le journaliste.

 

Tout au long de l'année 2021, Mikael Corre s'est donc rendu régulièrement à Roubaix. Si les policiers ont un devoir de réserve, le journaliste a le droit de leur poser des questions. Les réponses sont "anonymisées", prévient-il. Les sanctions administratives peuvent vite tomber dans la police...

 

 

C’est un métier qui manque parfois cruellement de sens : un commissariat, c’est une grosse usine où le travail est taylorisé

 

 

Dans le quotidien d'un commissariat

 

"En arrivant, je ne savais pas comment fonctionnait un commissariat", confie Mikael Corre. Pour lui, le débat sur les violences policières est légitime tant qu’il est mené en connaissance de cause. "J’ai voulu raconter les policiers à hauteur d’hommes." Dire qui ils sont et quelles sont les questions qui les traversent. De semaine en semaine, le reporter a su gagner leur confiance - "l’avantage du temps long", dit-il. Une façon aussi d'être à l'écoute de la "vie ordinaire" des policiers, ces hommes et ces femmes à qui il arrive de devoir interpeller des personnes qu’ils connaissent... Mais Mikael Corre retient aussi l'humour des policiers, les moments de vie partagés et la solidarité qui émane de la brigade de Roubaix.

 

À Roubaix, il voit que certains policiers ne font que des interpellations, puis relèguent les dossiers à leurs supérieurs. "En cela, c’est un métier qui manque parfois cruellement de sens : un commissariat, c’est une grosse usine où le travail est taylorisé." De son enquête, Mikael Corre retient que la police est plus là pour contenir la délinquance que pour la faire baisser. "La police n’a jamais été là pour réparer la société..." 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don