Accueil
La Renaissance dans les vitraux liégeois : la première moitié du XVIe siècle
Partager

La Renaissance dans les vitraux liégeois : la première moitié du XVIe siècle

RCF Liège, le 11 avril 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
D'art et d'histoire de Liège La Renaissance dans les vitraux liégeois : la première moitié du XVIe siècle

En dépit de très nombreuses disparitions, Liège reste riche en vitraux de la Renaissance, avec une véritable efflorescence dans les années 1525-1530. Songeons aux verrières du chœur de l’église Saint-Jacques, du chœur de la basilique Saint-Martin, à l’exceptionnel vitrail de transept sud de la cathédrale ou encore à ceux qui ornaient l’abbaye de Herkenrode.

Couronnement de la Vierge, Liège, cathédrale Saint-Paul. © IRPA-KIK, Bruxelles. Couronnement de la Vierge, Liège, cathédrale Saint-Paul. © IRPA-KIK, Bruxelles.

L’introduction des décors à l’antique au pays de Liège


Longtemps, on a considéré que c’est par le vitrail que les décors antiquisants venus d’Italie se sont répandus dans nos régions. Si ces décors apparaissent d’abord dans le buste-reliquaire de Saint-Lambert achevé en 1512 puis dans des pierres tombales et dans des miniatures, il n’en reste pas moins que c’est dans les vitraux de la fin des années 1520 que l’on trouve le plein épanouissement de ce nouveau vocabulaire décoratif.

 

Saint-Jacques


Les plus anciennes verrières du pays de Liège avec des décors à l’italienne (vers 1525) ornent le chœur de l’ancienne abbatiale Saint-Jacques. Si la tradition gothique reste très présente dans la disposition des saints et donateurs ou dans les vêtements par exemple, les encadrements architecturaux renvoient largement à l’art antique. Outre le vitrail central de l’abbé de Jean de Cromois avec des scènes bibliques, on trouve essentiellement des verrières « de présentation » offertes par des membres des familles de Hornes et de La Marck pour marquer leur réconciliation après de nombreuses années de guerre civile.

 

Verrière de Marguerite de Hornes, © IRPA-KIK, Bruxelles.

 

Saint-Martin


C’est apparemment le richissime prince-évêque Érard de La Marck qui initia les verrières de même style qui ornent le chœur de l’ancienne collégiale Saint-Martin avec des verrières consacrées au saint patron de l’église et aux deux saints patrons du diocèse, la Vierge Marie et saint Lambert (1526-1527). Elles sont flanquées de verrières offertes par des proches du prince. Cet ensemble semble avoir été réalisé par Richard Hoesman, un verrier qui sera peu après banni de Liège pour ses convictions luthériennes.

 

 

Transept de Saint-Paul

 

La grandiose verrière dite de Léon d’Oultres, datée de 1530, est l’une des plus remarquables du pays. Le prévôt de la collégiale Saint-Paul s’y est fait représenter, avec saint Lambert, devant le saint patron de sa collégiale. On y voit aussi une Conversion de saint Paul et surtout, au sommet, un Couronnement de la Vierge on ne peut plus coloré. Ce sont à nouveau les saints patrons du diocèse qui sont honorés avec le saint auquel l’église est dédiée.

 

Conversion de saint Paul, Liège, cathédrale Saint-Paul.© IRPA-KIK, Bruxelles.

 

Couronnement de la Vierge, Liège, cathédrale Saint-Paul. © IRPA-KIK, Bruxelles.

Herkenrode / Lichfield


Au début du XIX siècle, les vitraux de l’église de la grande abbaye cistercienne de
Herkenrode (1532-1539), près de Hasselt, ont été remontés dans la cathédrale de Lichfield, au centre de l’Angleterre. Très marqués par l’art de l’Anversois Pieter Coecke van Aelst, certaines verrières ont été offertes par Érard de La Marck, qui s’y est même fait représenter au côté de saint Lambert. Au contraire de nombreuses verrières de Belgique, jadis trop restaurées, celles-ci ont conservé davantage de verres d’origine.

 

Verrière dite d’Érard de La Marck, © IRPA-KIK, Bruxelles.

 

Découvrez encore plus de "leçons" d'histoire de l'art liégeois par Pierre-Yves Kairis dans son émission "D'art et d'histoire de Liège" sur RCF Liège.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don