Accueil
La Belgique est-elle hypocrite face aux pesticides ?
Partager

La Belgique est-elle hypocrite face aux pesticides ?

Un article rédigé par Frédéric Matriche - 1RCF Belgique, le 16 mars 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
En débat La Belgique est-elle hypocrite face aux pesticides ?

La Belgique exporte des pesticides qui sont pourtant interdits en Europe. C’est la conclusion d’une étude réalisée par 6 ONG, dont SOS Faim, Les Îles de Paix ou Entraide et Fraternité par exemple. 207 pesticides ou produits sont interdits ou fortement réglementés dans l’Union Européenne.

©Pixabay ©Pixabay

Ce que les entreprises européennes ne peuvent plus vendre en Europe, elles le vendent ailleurs. Frédéric Matriche reçoit Manuel Eggen, Chargé de recherche et plaidoyer – FIAN Belgique, Jonas Jaccard, Chargé de plaidoyer – Coordinateur de l’étude – SOS Faim et Bruno Schiffers, Professeur honoraire – ULiège – CA des Îles de Paix.

 

 

Des droits fondamentaux non respectés 

 

 

"Le problème de l'utilisation des pesticides concerne des droits fondamentaux. Leur respect est valable à l'étranger également", plaide Manuel Eggen. En effet, il ne faut pas oublier qu'une convention internationale défend les paysans qui ne souhaitent pas utiliser de pesticides pour leurs cultures. "Les produits exportés représentent un pourcentage non négligeable 30%-35% du chiffre d'affaires des firmes", selon Bruno Schiffers. 

 

 

Pour ce dernier, deux questions essentielles se posent : d'une part pour savoir quels moyens de protection l'Europe met-elle en oeuvre pour ses citoyens ; et d'autre part quel est l'impact des pesticides utilisées sur les populations et l'environnement dans les pays du sud, dans les cas où ceux-ci n'ont pas défini de normes.

 

 

L'industrie peut se réinventer même sans produire de pesticides nocifs.

 

 

Exprime Manuel Eggen, qui dénonce un chantage à l'emploi dans le domaine des entreprises de production des pesticides. Dans le domaine des normes,"La Belgique est championne des dérogations", assure Bruno Schiffers. Lorsque l'UE retire l'usage de certaines substances,  il y a malgré tout des dérogations d'utilisation pour le produit en question d'une durée de 120 jours. Il plaide pour qu'il y ait davantage de pression sur l'Etat belge pour limiter au maximum ces dérogations. 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don