Accueil
RCF Jouy sous les côtes : la chapelle et le vallon de Jévaux ,pépites des côtes de Meuse
Partager

Jouy sous les côtes : la chapelle et le vallon de Jévaux ,pépites des côtes de Meuse

Un article rédigé par Etienne PAYEUR - RCF Lorraine Meuse, le 8 juin 2024  -  Modifié le 9 juin 2024

En plein coeur de la forêt meusienne, à 3 km de toutes habitations, l'équipe de RCF

s'est rendue sur le site marial de Jévaux au milieu d'une clairière arrosée par une source magnifiée par un étang.

chapelle en hiver chapelle en hiver

Une occupation millénaire :

Dès le XII ème les prémontrés de Rangéval (abbaye située à 5 km) reçurent cette terre des Seigneurs voisins d'Apremont et d'Euville. Une ferme existait et les moines bâtirent un sanctuaire dédié à la vierge qui survécut à la ferme. Au XVIème siècle, un ermite gardait les lieux. Paul Parisot de la paroisse retrouva la trace dans les registres paroissiaux du frère Michel, le dernier ermite mort en 1707.

L'étang est pavé : les moines dégorgeaient les carpes des étangs de la Woëvre envahis de vase.

1)Le coup de coeur des visiteurs

Enregistrement avec M-Claude, Bernard, Pierre

Le maire aime ce lieu reposant, majestueux qui allie la nature, la source, l'étang : un havre de paix propice à la méditation.

Marie Claude Parisot membre de l'EAP de la paroisse Saint Charles de Foucaud du Pays de Commercy apprécie ce lieu spirituel, ce lieu de pelèrinage, qui permet de se retrouver pour la prière tout au long de l'année.

Claudine Laneque, propriétaire du musée de la belle époque, qui nous accueille pour l'interview, aime se remémorer son enfance et les vacances d'été qui se terminaient toujours par le pelèrinage en septembre : le 8 septembre célébration de la nativité de la vierge. On s'y rendait à pied, en chariot , on pique-niquait : de bons souvenirs qu'elle aime nous partager.

Stéphane, tailleur de pierre, découvre la chapelle néogothique de 1891 avec ses chapiteaux différents, pommes de pins et raisins, qui rappellent la région viticole et le village de vignerons.

2) Jévaux : Val de la joie détruit à la révolution

A la révolution, Jévaux dut subir la foudre révolutionnaire , les biens furent vendus en 1791, la chapelle démolie. La statue antique disparut mais le culte subsistait toujours .

Le site fut abandonné au point que sur le cadastre Napoléon de 1831, on ne voit aucune trace ni de ruines, ni de la source, ni de l'étang.

En 1842, Pierre Perault fouillant les décombres retrouvent la statue absolument intacte.

C'est là que la légende rejoint la réalité. Claudine LANEQUE, tenant cela de son oncle l'abbé Melchior curé de Jouy, affirme "les chevaux refusèrent d'emmener la statue à Jouy. On dit même qu'une roue fut cassée. On plaça donc la statue sur un piedestal qu'abritait un édicule précédé d'un auvent.

3) les miracles attestés

Béquilles à gauche dans le choeur

le miracle d'Abel Gaston fils du percepteur de Commercy Villaume. En 1861, souffrant d'une déformation de la hanche, vint boire l'eau de la source et fut guéri.  On peut d'ailleurs voir ses béquilles dans le choeur.

En 188, épidémie de fièvre et de petite vérole. La commune de Vignot invoqua la vierge et fut épargnée : on peut voir un vitrail de la vierge à l'entrée de l'église de Vignot.

 

4) la nouvelle chapelle en 1891

Un Architecte Royer de Bar dessina les plans et M.Martin entrepreneur construisit l'édifice .

Avant les regroupements de paroisses d'aujourd'hui, on connaissait déjà la solidarité inter-village : des Aides financières des paroisses voisines et des particuliers affluèrent. La pierre fut fournie par un habitant de Sorcy.

La chapelle fut inaugurée par l'évêque de Verdun Mgr Pagis (bien connu dans la région avec les tours Pagis inachevées de Vaucouleurs )

5000 personnes affluèrent et 60 prêtres concélébrèrent.

François Perot, le fils de Pierre Perot donna la cloche et son fils lieutenant au 79 ème RI devint le parrain.

La semaine religieuse de Verdun, ancêtre d'Eglise en Meuse, relate que la procession avait une longueur de 1800 m

Statue de ND de Jévaux

5) Jévaux aujourd'hui

En 1991, le centenaire fut fêté, avec moins de faste qu'à l'époque, mais se fut une belle fête pour la région.: l'occasion d'apporter quelques aménagements comme les murets en pierre.

En 2000 : la rénovation de la toiture fut décidée par la commune avec une souscription de la fondation du patrimoine.

Sur les anciennes ardoises de la chapelle , on inscrivit des textes par pochoire avec dessin de la chapelle et on les vendit pour financer la reconstruction de la toiture.

le site fait partie du Réseau Natura 2000 Des Travaux de curage et désenvasement furent entrepris en 2005-2006 et le vannage restauré.

Des espèces d'amphibiens vous attendent : le triton des Alpes, le crapaud  accoucheur, la grenouille rose. Un sentier pédagogique faire le tour de l'étang et permet aux enfants de découvrir la biodiversité.