Accueil
Désacralisation de lieux de cultes : Focus sur "Hocus Pocus"
Partager

Désacralisation de lieux de cultes : Focus sur "Hocus Pocus"

Un article rédigé par Elisabeth Dehorter - 1RCF Belgique, le 11 mai 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
Près de chez vous, Brabant wallon Désacralisation de lieux de culte: focus sur Hocus Pocus

Laurent Temmerman, responsable du service du temporel du Brabant wallon, nous explique les démarches générales quand se pose la question d’une réaffectation de lieu de culte. Pour l’instant, une seule, l’église Saint-Sépulchre à Nivelles, est officiellement inutilisée et désacralisée, et en projet de réaffectation.

Sr Marie, Elisabeth Dehorter et Christophe Bourgeois©rcf Sr Marie, Elisabeth Dehorter et Christophe Bourgeois©rcf

La décision de désacraliser un lieu de culte, qui revient  à l'évêque, est le fruit d’un processus commun.

La réflexion se mène à plusieurs et tient compte du projet pastoral (cette église est-elle encore utilisée, peut-elle l’être encore ?), de la dimension financière (le coût d’entretien est-il démesuré par rapport à son utilisation ?). Il est tenu compte aussi de la particularité architecturale, patrimoniale de l’église.  

 


Le respect du lieu est une priorité.

 

Avant de désacraliser une églises, des alternatives sont cherchées : possibilité de confier le lieu à un autre culte chrétien par exemple. Si des alternatives raisonnables n’existent pas, la décision de désacraliser est prise mais alors en cherchant un projet en priorité avec un usage sociétal (bibliothèque ou ASBL sociale par exemple) et in fine une transformation en logements par exemple. Cette recherche de projet implique l’Archevêché, le Vicariat du Brabant wallon, la paroisse, l’unité paroissiale, la fabrique d’église et la commune, les pouvoirs publics. 

 

Laurent Temmerman souligne que « la décision de désaffecter une église ou une chapelle ne se fait pas de gaîté de cœur, c’est le reflet d’un échec. Et quel que soit le projet choisi, il provoque toujours des contestations, même de quelques personnes : l’attache à une église est forte. Elle évoque des souvenirs (baptême, mariage, funérailles), il marque une identité, elle est un repère urbanistique. ».  

Le discernement et la communication sont les maîtres mots dans le processus de désacraliser ou non un lieu de culte. 
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don