Accueil
Denise Bombardier, l'amour du Québec
Partager

Denise Bombardier, l'amour du Québec

RCF, le 4 janvier 2018  -  Modifié le 1 février 2024
Visages Denise Bombardier, l'amour du Québec
Tout autant qu'elle aime son pays, Denise Bombardier déplore les maux de sa société: perte des repères, rejet de l’Église. Elle se confie à Thierry Lyonnet.
Stéphanie Lefebvre - Denise Bombardier : "Sans les religieuses qui me l'ont enseigné, je ne serais pas là pour vous parler français" Stéphanie Lefebvre - Denise Bombardier : "Sans les religieuses qui me l'ont enseigné, je ne serais pas là pour vous parler français"

Depuis plus de 30 ans, elle est l'une des journalistes les plus célèbres du Québec. Les interventions de Denise Bombardier, à la télévision notamment, percutent, font grincer des dents, laissent rarement indifférent. À 74 ans, elle pose un regard à la fois lucide et sans concession sur la société québecoise. Elle publie son "Dictionnaire amoureux du Québec" (éd. Plon).
 

"C'est douloureux d'être québécois aujourd'hui, la mémoire n'existe plus"

 

Une culture québécoise complexe

Son dictionnaire permet de comprendre à quel point la culture québecoise est complexe. Fortement marquée par la présence de l'Église catholique, la société de ce qui était autrefois la Nouvelle France hérite aussi, au XXè siècle, d'une longue lutte pour la défense de la langue française. Les prêtres et religieux en charge de l'éducation jusque dans les années 60, assuraient la transmission de la foi et aussi de la langue. En deux décennies, la société québécoise s'est profondément et radicalement transformée. Pourtant, Denise Bombardier l'assure : "Sans les religieuses qui me l'ont enseigné, je ne serais pas là pour vous parler français".
 

Un rejet de l'Église

Dans les années 60, la révolution tranquille a remplacé les religieux par des laïcs, dans la plupart des institutions - écoles, hôpitaux. La journaliste observe que les jeunes d'aujourd'hui souffrent d'une perte de repères. "C'est douloureux d'être québécois aujourd'hui, la mémoire n'existe plus"

"Ils sont déculturés par rapport à l'histoire religieuse." Denise Bombardier se souvient "d'une violence très contenue". Malgré le vent de liberté qui semblait souffler alors, elle nous assure qu'il reste aujourd'hui dans la société québecoise une agressivité face à la religion catholique.

 

Entretien enregistré en août 2015

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Visages

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don