Partager

David Marc d'Hamonville et la vie monastique, se couper du monde pour mieux le "creuser"

RCF,  -  Modifié le 17 juillet 2023
Visages David Marc d'Hamonville, moine et artiste
Partager
David Marc d'Hamonville définit sa vie de moine comme celle de "M. Toutlemonde". Il est entré dans les ordres à 30 ans après avoir profité du monde et de ses surprises. Un parcours détonant.
David Marc d'Hamonville David Marc d'Hamonville

Impossible n'est pas français, le parcours de David Marc d'Hamonville le prouve. Artiste peintre, fin cuisinier et amateur de bons vins, il est bon vivant et aime profiter des suprises que le monde offre au quotidien. Difficile de croire que David Marc d'Hamonville ait trouvé son chemin dans la vie monastique. Impossible n'est pas français, ni pour Dieu, ni pour les hommes !

Cette semaine dans Visages, Thierry Lyonnet accueille le bénédictin David Marc d'Hamonville qui nous raconte son parcours de vie au monastère d'En Calcat, son parcours de foi. Il est l'auteur du livre "Si tu veux la vie" publié aux édition Albin Michel.  Une discussion avec ses neveux et nièces, croyants ou non, sur la vie.

 

L'inutilité du moine

Pour David Marc d'Hamonville, la vie monastique se résume à quelques mots : "il faut partir du fait que ça ne sert à rien, que c'est vraiment un métier inutile et en marge". C'est cette marge, ce "non-sens" qui fait vivre David Marc d'Hamonville. Car selon lui, grâce à cela il peut s'interroger sur le monde et les hommes. "Le choix de la marge c'est pour moi une espèce de constante" résume-t-il.
 

La vie monastique : fuir la fuite

La solitude, le silence, la sobriété sont la source de la vie monastique pourtant David Marc d'Hamonville se sent comme "Monsieur tout le monde". "Le monde est infiniment présent dans la vie monastique [...] les moines mangent comme tout le monde, ils dorment comme tout le monde, ils ont des relations peut-être plus intensives parce qu'on est une quarantaine de frères tous ensemble, à vivre ensemble toute la journée, toute l'année, sans vacances, sans alternance donc finalement c'est l'extrême vie de tout le monde [...] être moine c'est accepter de fuir la fuite" s'amuse-t-il.
 

"Le voeu de stabilité [monastique] est vraiment puissant parce qu'on est condamné à devenir un arbre, à s'enraciner quelque part, à développer d'autres valeurs."

 

Être moine ou comment "creuser" le monde

Vivre dans le monde est une perpétuelle découverte, une forme de tourisme quotidien. Nous fuyons le quotidien de notre travail ou de nos logements en rencontrant de nouvelles personnes, en voyageant dans de nouveaux lieux afin de fuir notre routine. 

David Marc d'Hamonville a du renoncer à vivre dans le monde de cette manière. Il a fallu deux noviciats pour qu'il prenne conscience que le monde n'était plus "un espace à découvrir et à découvrir sans fin."Quand on vit à longueur d'année dans le même lieu, il n'est plus question de découvrir le monde sauf qu'on commence à s'enfoncer, on commence à creuser profond [...] c'est ce que fait le moine" explique-t-il.

 

"Le moine c'est quelqu'un qui a décidé qu'il ne s'arrêtera pas en route, il cherche suffisamment loi, il est  décidé à continuer même si le résultat de sa quête n'est pas immédiatemment positif."

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don