Accueil
Coup de cœur pour le film "Olga", d'Élie Grappe
Partager

Coup de cœur pour le film "Olga", d'Élie Grappe

Un article rédigé par Valérie de Marnhac - RCF,  -  Modifié le 17 juillet 2023

Un vrai coup de coeur. Le film "Olga" est le premier long métrage d’un jeune réalisateur lyonnais parti suivre ses études de cinéma à Lausanne et la maîtrise de sa mise en scène est très impressionnante. Surtout qu’il a choisi un univers certes cinégénique mais un peu austère, celui de l’entrainement sportif de haut niveau.

Olga - Point Prod Cinéma Defacto Olga - Point Prod Cinéma Defacto

A la télévision, on connait ces images de gymnastes qui répètent leurs mouvements à l’infini. C’est souvent assez répétitif, voire très rébarbatif. Elie Grappe réussit à nous captiver de bout en bout en y ajoutant bien sûr un peu de fiction (il a co-écrit le scénario avec Raphaëlle Desplechin) mais surtout en renouvelant totalement la manière de filmer les athlètes, en se concentrant sur leur visage, leur souffle, leur chair, leurs émotions : ce qu’il appelle les "interstices" du sport


Olga, une athlète ukrainienne

Ce sont toutes des vraies gymnastes, donc des actrices non-professionnelles, Olga est interprétée par Anastasia Budiashkina, elle a une présence très puissante et en même temps, une vulnérabilité assez touchante. Elle pratique les barres asymétriques et dans le film, son personnage Olga quitte l’Ukraine pour aller s’entrainer en Suisse, pays de naissance de son père décédé. Elle espère être qualifiée dans l’équipe nationale helvétique pour les prochains championnats d’Europe. Elle a à peine 15 ans, elle ne maîtrise pas bien le français, et va se heurter aux jalousies et aux rivalités entre toutes ces jeunes athlètes.

 

Une mère plongée dans les évènements de Maïdan

L’histoire se passe en  2014 pendant cette révolte populaire de la place de l’indépendance, à Kiev, qui a abouti à la chute du pouvoir pro-russe en place, et a fait plusieurs dizaines de morts. Olga est donc écartelée entre poursuivre sa carrière sportive ou rejoindre son pays, et sa mère, et participer à ce formidable élan de liberté national. Ce qui crée une tension permanente entre des scènes d’entrainement à la barre de plus en plus risqués, où Olga soumet son corps à une souffrance extrême. Alternées avec des scènes d’affrontements à Kiev qui sont des images d’archives réelles, provenant de téléphones portables de manifestants.

 

Le sport, un sujet politique

Avec sa meilleure amie restée dans l’équipe ukrainienne, elles retrouvent leur ancien entraineur passé côté russe ; ce qu’elles considèrent évidemment comme une trahison. Se pose alors pour elles la question de l’engagement. Comment choisir de soutenir leur pays, en restant fidèle à leurs talents ? C’est un très beau film qui aborde les thèmes de la patrie, de l’identité, de la relation mère-fille,  et plus largement de la transmission.

Un film qui sort en salles aujourd'hui, et qui a reçu le prix de la SACD à la semaine de la critique du Festival de Cannes.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Émission La chronique Cinéma © RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
La Chronique Cinéma

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don