Accueil
Cinéma - Notre sélection de la semaine : "Le Petit Nicolas" et "Simone - Le voyage du siècle"
Partager

Cinéma - Notre sélection de la semaine : "Le Petit Nicolas" et "Simone - Le voyage du siècle"

Un article rédigé par Valérie de Marnhac - RCF, le 12 octobre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
La Chronique Cinéma "Le petit Nicolas" adapté en film d'animation

Cette semaine, sort au cinéma "Le Petit Nicolas". L’œuvre de Sempé est adaptée pour la première fois sur grand écran en film d’animation. Est-ce un pari audacieux au vu de la simplicité du dessin de Sempé ?

Affiche du film : “Simone le voyage du siècle” et “Le petit Nicolas - Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?” Affiche du film : “Simone le voyage du siècle” et “Le petit Nicolas - Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?”

Sur ce plan-là, vous pouvez être rassurés ! La qualité de l’animation et les prouesses techniques sont telles qu’on a vraiment l’impression de voir les personnages s’animer sous nos yeux. C’est un plaisir immense de retrouver Alceste, Clotaire et Agnan dans leur cour d’école, aussi vivants et espiègles que dans notre mémoire. 

 

Mais le film est plus ambitieux. Il raconte la genèse du "Petit Nicolas" et comment cet emblème de l’enfance est né de l’histoire de ses deux créateurs : René Goscinny et Jean-Jacques Sempé.

 

 

C’est un récit quasi autobiographique. Il y a des épisodes des aventures du "Petit Nicolas", où il apostrophe régulièrement ses deux auteurs sur leurs choix de scénario, et eux lui racontent en retour comment il a été conçu. Cela fonctionne très bien sur le plan scénaristique.

 

Deux types d’animation se font face dans le film

 

On retrouve le trait de Sempé en noir et blanc, colorisée façon aquarelle. C’est très léger, aérien et cela respecte cette technique qu’il utilisait pour ses illustrations de presse. La bande son reprend aussi les codes du livre : le bruit de la machine à écrire de Goscinny, celui du papier et des pages qu’on tourne

 

Pour la partie autobiographique, c’est un dessin d’animation plus classique qui nous fait voyager, à différentes époques, entre l’Argentine, les États-Unis et le Paris d’après-guerre. Le tout est très fidèle au côté tendre et plein d’humour du livre, teinté de cette pointe de mélancolie plus propre à Sempé.

 

Jusqu’où va l’aspect autobiographique du film ?

 

Goscinny est d’origine juive, il a émigré avec ses parents en Amérique du Sud, mais plusieurs membres de sa famille sont morts dans les camps. Sempé enfant, a connu la maltraitance, de la part d’un beau-père violent. "Le Petit Nicolas", c'est un peu leur enfance idéale, telle qu’ils l’ont rêvée, et c’est aussi leur "chemin de résilience", d’après Anne Goscinny, la fille de René, qui a participé au scénario et fourni de nombreuses archives personnelles. On découvre grâce à cela la profondeur de leur amitié, et aussi leur manière de toujours voir le bon côté des choses.

 

Malgré la mort de Jean-Jacques Sempé cet été, le dessinateur a tout de même pu assister à la réalisation du film et sa présentation à Cannes. C’est une belle reconnaissance pour lui et pour ce projet de longue haleine. C’est une belle reconnaissance aussi du cinéma d’animation comme genre artistique à part entière, pour tout public, petits et grands. 

 

"Simone le voyage du siècle"

 

En plus du petit Nicolas, il y a un autre événement dans les sorties de cette semaine, c’est : "Simone - Le voyage du siècle". Un nouveau biopic d’Olivier Dahan, qui avait déjà signé celui d'Édith Piaf, avec Marion Cotillard dans "La Môme". Elsa Zylberstein interprète Simone Veil adulte et Rebecca Marder pour ses jeunes années. J’ai trouvé la seconde plus convaincante, avec des séquences familiales très émouvantes. Le reste est plus connu, mais le parcours de cette femme est tellement exceptionnel et édifiant que c’est à voir avec les jeunes générations ! 

 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Émission La chronique Cinéma © RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
La Chronique Cinéma

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don