Accueil
Bande dessinée - Matteo Ricci, dans la cité interdite
Partager

Bande dessinée - Matteo Ricci, dans la cité interdite

Un article rédigé par Stéphanie Gallet - RCF, le 28 octobre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
La BD de la semaine BD : Matteo Ricci, le premier occidental dans la cité interdite

Jean Dufaux et Martin Jamar s'emparent de la vie de Matteo Ricci, prêtre jésuite, premier occidental au XVIIe siècle à être entré dans la Cité impériale à Pékin. Un plaidoyer élégant et tout en finesse en faveur du dialogue entre les civilisations.

Après "Vincent" et "Foucauld, une tentation dans le désert", Jean Dufaux et Martin Jamar retracent la vie de Matteo Ricci ©éditions Dargaud Après "Vincent" et "Foucauld, une tentation dans le désert", Jean Dufaux et Martin Jamar retracent la vie de Matteo Ricci ©éditions Dargaud

Une vie de saint en BD ?

 

Matteo Ricci n’est pas encore tout à fait reconnu comme saint, mais une demande a été ouverte en 2010 lors du 400e anniversaire de sa mort, et son dossier est sur le bureau de la Congrégation de la cause des saints à Rome.

 

Matteo Ricci, c’est le jésuite qui a découvert la cité interdite. Il est le premier Occidental au début du XVIIe siècle à avoir franchi les murs du palais impérial à Pékin. Et c’est vraiment une histoire fascinante ! Dufaux et Jamar, les auteurs, la racontent dans cette BD comme une aventure pleine de rebondissements.

 

Qui est Matteo Ricci ?

 

Il est né en Italie en 1552 et entré au noviciat des jésuites à l'âge de 19 ans. Quand cette histoire commence, en 1601, cela fait près de 18 ans qu’il parcourt la Chine. Il en a appris la langue et la culture. C’est un lettré qui connaît les mathématiques, l'astronomie et l’horlogerie. Autant de compétences qui le font apprécier des intellectuels chinois et des mandarins.

 

Dans quel état d’esprit Matteo Ricci voyage-t-il en Chine ?

 

D’abord, il a un immense respect pour la culture confucéenne et il vit un peu comme un lettré chinois, même si, dans sa maison, loin des regards, c’est bien un chrétien, un prêtre, qui prie et célèbre avec ses compagnons jésuites qui l'accompagnent. Ensuite, il pense que c’est par le haut, par les lettrés, qu’il pourra diffuser l'Évangile et faire connaître jésus en Chine. Et c’est par ses connaissances scientifiques qu’il veut attirer l’attention et éveiller la curiosité. 

 

Mais après toutes ces années en Chine, Matteo Ricci a un souhait : rencontrer l'empereur, "le fils du ciel", comme il se fait appeler… Or, pour un étranger, c'est très compliqué et ça ne s’est jamais fait. Matteo Ricci va devoir séjourner longtemps au sein du Palais des barbares où patientent, parfois des années, tous ceux qui, venus du reste du monde, demandent une audience à la cité interdite.

 

Matteo Ricci va-t-il rencontrer l’empereur ? 

 

Vous imaginez bien que je ne vous le dirai pas ! En revanche, ce qui est sûr, c'est que les obstacles sur sa route seront nombreux et il les surmontera à chaque fois avec intelligence et humanité.

 

Qui sont Jean Dufaux et Martin Jamar,  les auteurs de la BD ?

 

Jean Dufaux et Martin Jamar ne sont pas des inconnus et encore moins des débutants. Ils ont derrière eux une longue carrière d’auteurs et un certain nombre d’albums ensemble et entre autres deux autres vies de saints que je vous recommande vivement : "Vincent", mais surtout "Foucauld", qui est mon préféré.

 

Ici encore, avec Matteo Ricci, on retrouve le talent de conteur de Dufaux mais surtout les très beaux dessins de Jamar. C’est une ligne claire, très classique, très précise, très colorée qui fait revivre sous nos yeux la magnificence de la cité impériale. Les décors de cette Chine du XVIIe siècle sont vraiment impressionnants et vous ne vous lasserez pas de les admirer !

 


"Matteo Ricci - Dans la Cité interdite", Jean Dufaux (scénario) et Martin Jamar (dessin, couleurs), éd. Dargaud, 56 pages, 16 euros

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don