Accueil
Aude de Thuin: "Il ne faut ne jamais condamner l'échec"
Partager

Aude de Thuin: "Il ne faut ne jamais condamner l'échec"

RCF,  -  Modifié le 17 juillet 2023
Visages Aude de Thuin: "Il ne faut ne jamais condamner l'échec"
Elle a connu le succès écrasant et l'échec dévastateur. Aude de Thuin a découvert ce qu'elle dissimulait derrière sa soif de réussite: une quête d'amour.
Editions Robert Laffont / Aude de Thuin Editions Robert Laffont / Aude de Thuin

"Forcer le destin" (éd. Robert Laffont, 2016). Ainsi s'intitule le récit autobiographique d'Aude de Thuin, lucide et sans concession. Le parcours d'une femme passée du succès écrasant à l'échec dévastateur. Un dépôt de bilan suivi d'une dépression ont accéléré chez cette chef d'entreprise une importante remise en question. Ainsi qu'un travail de relecture sur le sens de la vie. Au fond que recherchait-elle en courant après le succès? La réponse, elle la livre dans ces pages coécrites avec la psychologue Anne Siaud-Facchin. Mais ce n'est pas que de psychologie dont il s'agit. Aude de Thuin lance un appel, comme la morale de son histoire: "Il ne faut ne jamais condamner l'échec."
 

Ses proches la voyaient forte et ne la savaient pas fragile. Auraient-ils pu deviner que sa soif de succès était une longue quête d'amour?

 

un parcours professionnel impressionnant

En décembre 2014, Le Figaro faisait d'elle "le symbole de la femme des années 1980" et consacrait Aude de Thuin comme l'image même de la femme qui réussit. Une "super woman" à l'origine du Women’s Forum for the Economy and Society, de la Semaine internationale du marketing direct, d'Osons la France... Des événements qu'elle lançait en femme intuitive et visionnaire, du haut de ses quatre sociétés. Elle qui se savait capable ne voyait aucun frein à son envie d'oser. Quand en 2014 elle a dû déposer le bilan, elle qui s'était "tant battue" a sombré dans une profonde dépression.
 

"A force d'entendre répéter que j'agissais comme un mec, j'ai fini par me poser des questions sur ma façon de travailler et de me comporter. Et j'ai réalisé combien c'était juste, j'étais souvent odieuse, autoritaire, autocrate, cassante, n'écoutant pas ou peu, pensant savoir tout faire, mieux que les autres. Ce que j'ai fait souffrir autour de moi! Je pensais sans doute que le seul moyen d'avancer était de fonctionner ainsi."

 

L'écoute, clé du bonheur en entreprise

Un parcours professionnel impressionnant, mené par une femme de tempérament. Depuis qu'elle s'est relevée de sa chute, Aude de Thuin l'a compris. Le comportement autoritaire du manager n'est plus de mise. "Les jeunes vivent mal ces comportements autocrates, il faut aujourd'hui changer nos méthodes en France." Etre en vérité avec soi-même et les autres, écouter, laisser la parole à l'autre, c'est le b. a. ba du bonheur en entreprise. En lisant son histoire, on comprend qu'il en fallu du courage à cette femme dirigeante, pour confier tout ce qu'elle a dû réapprendre et qui pourtant semble si simple.

 



 

Une longue quête d'amour

Née Odette Le Roux, dans le Finistère nord, cette fille de boulanger a toujours eu du mal à admettre le milieu dans lequel elle a grandi. Ce qui l'attirait chez "les bourgeois de la ville, c'était "une façon de s'habiller, de parler, d'être..." D'où des relations conflictuelles avec sa mère qui "sentait ce rejet". Incomprise, elle souffait "sans arrêt", dit-elle. Ses proches la voyaient forte et ne la savaient pas fragile. Auraient-ils pu deviner que sa soif de succès était une longue quête d'amour?
 

Entretien réalisé en septembre 2016

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don