Accueil
Angers et Trélazé : deux églises profanées en moins de deux semaines
Partager

Angers et Trélazé : deux églises profanées en moins de deux semaines

Un article rédigé par Thomas Cauchebrais - RCF Anjou, le 12 avril 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
Reportages L'église Sainte-Madeleine à Angers saccagée !

L’église de la Madeleine à Angers a été vandalisée ce mercredi dans la matinée. L’ampleur des dégâts laisse à penser l’action de plusieurs personnes. On apprend également que les mêmes faits se sont déroulés le 30 mars dans l’église Saint Pierre de Trélazé.

Un tête d'ange brisée gisant devant le tabernacle du maitre-autel saccagé de l'église de la Madeleine à Angers Un tête d'ange brisée gisant devant le tabernacle du maitre-autel saccagé de l'église de la Madeleine à Angers

Croix brisées, statues de la Vierge et du Christ des autels latéraux décapitées, bras du Christ du maître-autel cassés, cierge pascal renversé, croix en métal tordues… Les morceaux de pierre à terre témoignent encore de la violence de cette profanation. Les faits se sont déroulés ce mercredi 12 avril en l’église Sainte Madeleine à Angers. « On dirait qu’ils y sont allés à la masse pour briser ces statues » constate, désolé, le Père Magloire, curé de la paroisse. C’est son vicaire, le Père Alain, qui a découvert le triste spectacle en début d’après-midi ce mercredi. Ce qui laisse à penser que le saccage s’est déroulé entre la fin de la messe de 9h du Père Magloire et 14h. « C’est choquant et bouleversant de voir une telle haine. Je la prends personnellement contre ma foi » déclare le curé qui précise que aucune hostie consacrée n’a été souillée. « De peur de tels actes, nous n’en laissons plus dans les tabernacles » qui n’ont d’ailleurs pas été forcés à première apparence.

 

Attristé lui aussi, Mgr Emmanuel Delmas, évêque du diocèse d’Angers, venu à la rencontre du curé, se dit « effrayé devant une telle violence. C’est inqualifiable, c’est sacrilège ! ». Apprenant la nouvelle via les réseaux sociaux, un couple qui doit se marier à la fin du mois dans cette église est venu le soir même témoigner sa sympathie au curé. Ils sont choqués et attristés mais aussi en colère comme Jean-François Barré, paroissien. « La réaction spontanée est la colère mais après… ma réaction de chrétien doit être de pardonner à des gens qui ne savent pas ce qu’ils font et de prier pour eux… mais c’est difficile » confie-t-il. « Nous sommes malgré tout dans le temps Pascal, nous n’allons tout de même pas nous faire ravir notre espérance » conclut avec un sourire le Père Magloire.

 

De nombreuses réactions

 

Face à ces actes, les réactions des personnalités politiques ont été rapides sur les réseaux sociaux : Jean-Marc Verchère, le maire de la Ville, Christelle Morançais, présidente de la région Pays de la Loire et bien d’autres élus locaux jusqu’à Christophe Béchu, ministre de l‘écologie et ancien maire de la ville et Gérald Darmanin ont témoigné de leur indignation. « Décapitations inadmissibles des statues de l’église Sainte-Madeleine d’Angers. J’exprime tout mon soutien aux catholiques angevins et de France. Tout sera fait pour interpeller les auteurs de cette atteinte au patrimoine religieux » a twitté le ministre de l’Intérieur. Le diocèse prévoit de déposer plainte. Peut-être que la caméra de surveillance, située juste en face de la porte de l’église, sur la place de la Madeleine, délivrera des informations permettant d’appréhender le ou les auteurs de cette profanation.

 

Le maitre-autel de l'église de la Madeleine à Angers saccagé

 

Près d’Angers, une deuxième église profanée 15 jours plus tôt

 

Mais ce n’est pas le seul acte de vandalisme contre un lieu de culte qui s’est déroulé en Anjou ces 15 derniers jours. Le 30 mars dernier, l’église Saint Pierre de Trélazé a elle aussi été saccagée. « Deux croix monumentales tordues pour en voler le Christ, un Petit Jésus de Prague en plâtre réduit en miette et la croix du carême reversée » nous a confirmé ce mercredi soir le curé de la paroisse Don Geoffroy Bohineust. Une information que lui-même et le maire de la ville ont préféré ne pas ébruiter « afin de pas donner de la publicité aux ou à l’auteur des faits ». « Le 30 mars, j’ai immédiatement contacté le père Geoffroy pour témoigner de ma profonde solidarité avec la communauté catholique Trélazéenne et l’ensemble des paroissiens. Une plainte est déposée, la police fait son travail et je mettrais à leur disposition tous les moyens nécessaires afin de faire la lumière sur ces actes insupportables » a écrit à RCF Anjou, Lamine Naham, le maire de Trélazé.

 

Partie gauche du maitre-autel saccagé

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don