Ouvrir les portes de la perception

Alexis Wolff - RCF Rennes, le 28/09/2022 à 09:38
 -  Modifié le 28/09/2022 à 14:09
Écouter
Ouvrir les portes de la perception

Marque Page vous invite à ouvrir les portes de la perception avec une sélection de livres et de bandes dessinées fantastiques : ouvrez votre esprit aux mondes parallèles et autres créatures qui peuplent notre monde à notre insu.

Bestiaire du crépuscule (Schmitt - Dupuis) Bestiaire du crépuscule (Schmitt - Dupuis)

Le bestiaire du crépuscule de Daria Schmitt chez Dupuis 4/5

Le bestiaire du crépuscule (Schmitt - Dupuis)

Pour les enfants du quartier, le parc est un inoffensif jardin public. Mais pour son gardien, c'est un nid de sombres créatures qu'il est le seul à voir : asocial et atteint d'un solide trouble de la rêverie compulsive, Providence s'est donné pour mission de protéger les promeneurs malgré eux. Sa tâche se complique lorsqu'un livre étrange sorti des eaux troubles du lac libère un bestiaire terrifiant et attire l'attention des très louches services psycho-sanitaires... Talonné par une nouvelle directrice bien plus versée dans le jargon du management que dans l'occulte et déterminée à gérer le parc comme une véritable start-up, le gardien lutte contre l'appel d'un autre monde : noyé dans les brumes du lac, le reflet d'une étrange maison où il serait enfin en paix l'attire irrésistiblement... 

Il faut en effet noter que cet album est rempli d’humour par le biais notamment de cette directrice littéralement à cheval sur le règlement et la gestion de son parc mais aussi par le biais des conversations de Providence avec son chat Maldoror. [...] Force est de constater que le second degré et l’absurde qui hantent ces pages sont tout à fait salutaire - tout en restant respectueux de l’essence des récits du maître du fantastique [...] L'autrice réussit vraiment à s’approprier l’univers de Lovecraft et de nous le rendre par sa vision détournée avec son univers créé de toutes pièces mais que les connaisseurs assidus de Lovecraft ne manqueront pas de reconnaître. Mais même sans être du tout un passionné de l'écrivain, pour peu que vous acceptiez de suivre Providence et Maldoror dans ce parc attractif, vous pourrez vous aussi trouver cette balade, si ce n’est magique, du moins originale et vous donnera, peut-être, l’envie de vous plonger ou replonger dans l’oeuvre de l’écrivain qui est intégralement reprise d’ailleurs en fin d’ouvrage avec des illustrations - d’une grande minutie. 

Le bestiaire du crépuscule (Schmitt - Dupuis)


American Elsewhere de Robert Jackson Bennett 4/5

Veillée par une lune rose, Wink, au Nouveau-Mexique, est une petite ville idéale. À un détail près : elle ne figure sur aucune carte. Après deux ans d'errance, Mona Bright, ex-flic, vient d'y hériter de la maison de sa mère, qui s'est suicidée trente ans plus tôt. Très vite, Mona s'attache au calme des rues, aux jolis pavillons, aux habitants qui semblent encore vivre dans l'utopique douceur des années cinquante. Pourtant, au fil de ses rencontres et de son enquête sur le passé de sa mère et les circonstances de sa mort, Mona doit se rendre à l'évidence : une menace plane sur Wink et ses étranges habitants.
Sera-t-elle vraiment de taille à affronter les forces occultes à l'œuvre dans ce lieu hors d'Amérique ?

American Elsewhere (Bennett)

Un ouvrage au début quelque peu longuet où nous sommes aux côtés de Mona qui découvre de plus en plus de phénomènes étranges mais lors de la seconde partie de l’ouvrage, alors que les révélations commencent à arriver, tout s'accélère et l’on ne lâche plus le livre ! Le bandeau du livre nous dit “un merveilleux cadeau pour les lecteurs de Neil Gaiman et Stephen King”, n’ayant encore jamais rien lu du premier et très peu du second, on ne peut approuver cette affirmation mais on peut rajouter Lovecraft aux deux auteurs précédents. On peut cependant affirmer que nous avons droit à un très bon livre que l'on apprécie comme on regarde une bonne série télévisée. On imagine, en effet, ce livre adapté en série TV, quelque part entre, Fringe, Lost ou Leftovers pour le côté étrange et scientifique et Justified pour le côté petite ville perdue des Etats-Unis. Un pavé fantastique, certes avec quelques longueurs, mais qui sait captiver son lectorat. 


Rork d'Andreas chez Le Lombard 5/5

 

Rork (Andreas - Le Lombard)

Promenant sa silhouette efflanquée et sa blanche chevelure partout où l'inexplicable règne en maître, Rork est une sorte d'enquêteur du paranormal. Evoluant entre les mondes au gré des passages, il lui arrive d'y laisser des morceaux de lui-même. Commence alors le chemin d'une lente reconstruction, rythmée par les découpages novateurs d'Andreas.
Depuis 2012, la série par laquelle tout a commencé est rééditée sous forme d'Intégrale en deux tomes. Deux volumes agrémentés de cahiers supplémentaires au sein desquels l'auteur revient sur cette pierre angulaire de sa carrière. L'occasion idéale de (re)découvrir un des petits bijoux de la BD franco-belge que nombre d'auteurs revendiquent encore comme une influence fondatrice, 20 ans après sa conclusion !

 Il faut accepter le fait de ne pas tout comprendre et l’auteur joue dessous, de ne pas tout expliquer, et il a raison : cela fait partie intégrante du charme de cette série, il est vrai exigeante. Mais comme ses dessins, cadrages et encrages : ses pages se regardent en vous faisant perdre pied. Vous transportant ailleurs dans un univers complètement à part. Contemplatif et observateur, son héros de nature plutôt non violente avec ses pouvoirs spéciaux est vraiment original et mérite - si ce n’est une place dans votre bibliothèque - au moins de tenter le voyage. Et si jamais vous en redemandez, la série Capricorne, devrait vous ravir avec ce personnage lui aussi fortement intrigant (et que vous croiserez dans le tome 5 de Rork). Capricorne, ce sont 20 tomes publiés au Lombard dont des intégrales Noir et Blanc sont également disponibles. [...] Bref, Andreas, est un auteur qui ose et qui mérite au moins de s’arrêter sur ses travaux.

Rork (Andreas - Le Lombard)


Programmation musicale :

Break on through (to the other side), The Doors

Cet article vous a plu ?