Accueil
Le Bassin / Le Basha
Partager

Le Bassin / Le Basha

RCF Savoie,  -  Modifié le 26 octobre 2020
Le Bassin / Le Basha
podcast image par défaut

Le basha Le bassin

Ce temps là, c'était celui des villages dont les cadres immuables étaient l'église - l'égliza, la mairie - la méri, l'école – l'ékoula,

la fruitière - la fritchéra, les fours - lo for, les bassins - lo bashè.

Les bassins, répartis dans les quartiers et les hameaux, étaient les lieux où se déroulaient de nombreuses activités, et surtout lieux de rencontre où les nouvelles se diffusaient et se déformaient.

Ce matin, Monsieur Jacques, «Monchu Zhoke» est là, devant le basha.

Il a, comme il le fait souvent, installé son chevalet pour peindre des scènes villageoises.

La Mélie et la Sinforine, ayant apporté la planche, la brosse aux poils en chiendent et le savon de Marseille, frottent le linge, le linzhe, rincent dans le petit bassin, remettent le tout dans la mitre, sorte de cuveau avec une rehausse en bois pour le transport.

Ecoutons-les bavarder. Ekiton-lè babèlo.

La Mélie : T'o vie la Gustine ? T'lo vie avoué on karako to nouvo ?

Hein, Monsieur Jacques. Vous avez remarqué ? La Gustine a un corsage neuf.

Mr Jacques : C'est ma foi vrai.

La Sinforine : Mé t'o po vie. L'è groussa. L'a l'vètrè rion k'mè on n-oua d'ôtruche.

Mr Jacques : Cela, je l'avais remarqué, qu'elle était enceinte.

La Mélie : L'è onko groussa ? Yè po p'siblo.

Avoué nou z'éfan ? Le Guste, i l-ézajérè.

Mr Jacques : Guste et Gustine ont neuf enfants ? Je n'en connais que huit.

La Mélie : Vous n'avez pas connu l'aîné, le Gustin.

Il est adulte maintenant et habite à Chambéry.

La Sinforine : Le Guste ? Vo z'i kréjé ? Son frorè le Glôde è totadé a la mézon.

Mr Jacques : Oui, Claude est souvent à la maison, mais, comme il est instruit, il aide ses neveux et nièces à faire leurs devoirs,

les parents n'ont pas le temps.

Vous avez un mot, en patois, pour désigner l'oncle célibataire qui aide la famille : le kinke.

La Sinforine : L'kinke Glôde ! (petit rire) I l-édo lo z'éfan ?

O bin i l-èdo la Gustine a forè d'zéfan ? Hein, Monsieur Jacques ?

Il aide les enfants ou il aide la Gustine à faire des enfants ?

La Mélie : Kèja-tè, Sinforine ! Tais-toi Sinforine !

T'vè l'mo parto.

Ta, jistamè ! Véka l'Guste.

L'è ablya è d'mèzhe è l'a na valiza. D'so po yeu i vo ?

Mr Jacques : Oui, c'est rare de le voir en habits du dimanche...

…....Ah! Le car arrive.

La Mélie : Le Guste dé alo tché l'notére pè réglo sè z-aforè.

La Sinforine : Avoué na valiza ? Kan t'i vo tché l'notére, i l'è po tan farô. I roze lè morayè pè k'nyon l'véjisse. Sè z-aforè,

l'son po byè klorè.

Mr Jacques : Qui vous dit qu'il va chez le notaire ?

Vous l'avez déjà vu raser les murs ? Cela m'étonnerait que Guste trempe dans des affaires louches.

La Mélie : Oua ! Sinforine, aréta na m'nita avoué t'z-insinuachon.

La Sinforine : A ! Oua ! D'z-insinuachon ?

Vo l'véjé l'Glôde kè rètrè tché l'Guste pè vé la Gustine ?

La Mélie : Vreya la téta a dréta. Tourne la tête à droite !

T'vé la Gustine avoué son sakaman ?

T'la vé k'vo i kor avoué le Guste ?

É l'Glôde, i l'è a la mézon pè gardo lo z-éfan...

Mr Jacques : Evidemment que Claude est à la maison pour garder les enfants ! Mais je n'ai jamais vu Gustine avec un sac à main,

ni Guste avec une valise.

…...Quel est ce jeune homme qui descend du car ?

Il embrasse Guste et Gustine !

La Mélie : Mé ! Y'è l' Gustin !

Mr Jacques : Gustin, le fils aîné ?

La Mélie : Oui. Il travaille à la SNCF.

La Sinforine : « Chô ki rètre i shemin d' fér

a rètro son fè pè to lo z-ivér ».

Mr Jacques : Pardon ?

La Mélie : Elle dit : « Celui qui rentre au chemin de fer a rentré son foin pour tous les hivers ». C'est à dire qu'il est tranquille pour la vie, il a un travail assuré.

La Sinforine : Oua, i dé po s'fat'go a r'guèto passo lo trin. ….D'konprenye riè. L'Guste é la Gustine son monto djè l'kor

é l'Gustin vo a la mézon.

Mr Jacques : Ha ! Moi, je commence à comprendre. Guste m'a dit qu'un jour ils iraient voir la sœur de Gustine qui est infirmière

à la Salpêtrière mais qu'il attendait de trouver quelqu'un pour s'occuper du bétail en leur absence.

La Sinforine : Oua, la D'nise, l'è infirmiéra a la Solapatrolyéra.

L'a po fôta dè lavo so linchi i basha.

A la Solapatrolyéra y'a na sola yeu k'i z-on dè machinè kè patrolyon le linzhe è i r'sôr to prôpe.

La Mélie: S'ki fô po ètèdre!

La Denise qui n'a pas besoin de laver son linge au bassin !

Une salle où l'on brasse du linge qui ressort tout propre ! Expliquez-lui, monsieur Jacques.

Mr Jacques : La Pitié Salpêtrière est un grand hôpital.

Bien sûr qu'il y a des machines pour laver le linge du service, mais le nom ne veut pas dire cela.

La Sinforine : Je le savais. Vous me prenez pour une niaise ?

Je voulais juste faire de l'humeur pour vous faire rire.

Mais j'ai bien pitié pour les malades !

Mr Jacques : Hum ! Hum ! De l'humeur... pour nous faire rire...

La Mélie : Haa ! Quand tu es vexée, tu parles Français devant Monsieur Jacques !

La Sinforine : N'inpourta kè ! D'porle Fransé ass'biè kè tè.

Èssayè po dè shandjé d' konvèrsachon.

On porlovè di Gustin.

L'Gustin, i pou byè v'ni s'édo a sonyo lè bétchè.

Y'è vré k'y'è ple dér dè konto lè vashè k'son a l'abade djè on pro, kè d'konto lo vagon k'son byè n-al'nya lo z-on darié lo z-otro.

La Mélie : Yè vré kè t'di n'inpourta kè.

On pou kontinuo lontè a rakonto dè fianfyournè dinse.

T'è na lèga d'vipéra. T'o po d'vargonya.

Monchu Zhoke dé² pèsso k'lè fènè di v'lazhe son po mie k'lè polaye.

L'kakèton, l'kakèton, mé, lé nô darié l'bék, y'a po mé d'sarvéla.

Y'a nyon, y'è kavan.

Mr Jacques: Mais non, mais non. Je vous connais.

Vous n'avez pas le crâne creux.

Au contraire, vous me donnez matière à réflexion.

Qu'est-ce qui est le plus difficile à compter : des vaches en liberté ou des wagons qui roulent ?
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don