Accueil
La légende de Sainte Elisabeth de Hongrie, de Franz Liszt (N°11)
Partager

La légende de Sainte Elisabeth de Hongrie, de Franz Liszt (N°11)

RCF, le 16 novembre 2020  -  Modifié le 27 février 2024
Le jardin des anges La légende de Sainte Elisabeth de Hongrie, de Franz Liszt (N°11)
A la princesse Caroline von Sayn-Wittgenstein, Liszt écrit « Je n’oublie pas la promesse que je vous ai faite de finir l’Elisabeth ; j'y travaillerai de pied ferme. Parole de Fainéant ! »
podcast image par défaut

En 1862, voilà l’oratorio terminé, et Liszt écrit à Caroline : «  Puisse cette oeuvre servir  à la glorification de la chère sainte et préparer le céleste parfum  de sa piété et de sa grâce, de ses souffrance, de sa résignation  à la vie, et de sa douceur envers la mort »
La grande oeuvre de Liszt est créée en Hongrie à Pest, Hans von Bulow, le premier mari de Cosima Wagner,  la dirige à Munich, Smetana à Prague. Elle est dédiée à Louis II de Bavière, ce roi  ami de Richard Wagner.
Mais qui est Elisabeth de Hongrie ?
La patronne de la Hongrie qui vécut de  1207 à 1231. Elle mourut donc à 24 ans ! Fiancée à quatre ans et mariée à quatorze ans au landgrave Louis IV de Thuringe, elle a connaissance du mouvement fondé en Italie par François d'Assise auquel elle adhère du fond de son âme.
Morte en 1231, ses restes ont été exhumés en 1232. Canonisée dès 1235, sa fête est fixée au 17 novembre.
Elisabeth de Hongrie vécut de 1211 à 1228 au château de la Wartbourg a à Eisenach, la ville natale de Bach, auprès de son époux le landgrave Louis IV de Thuringe et de leurs enfants et de sa belle-mère, la landgravine douairière Sophie de Bavière.
On dit qu'elle portait secrètement du pain aux pauvres d'Eisenach, à pied et seule, ce que réprouvait son mari. Un jour qu'il la rencontra sur son chemin, celui-ci, contrarié, lui demanda ce qu'elle cachait ainsi sous son manteau. Elle lui répondit d'abord que c'étaient des roses, puis, se rétractant, elle lui avoua, pour finir, que c'était du pain, et lorsque son mari lui ordonna alors d'ouvrir son manteau, il n'y trouva que des roses : c'est le miracle de sainte Élisabeth de Hongrie.

L'interprétation  est celle  l’Orchestre d’Etat Hongrois  sous la direction de  Arpad Joo. CD  Hungaroton.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don